Moncler, les doudounes à plus de 1000 euros qui plument les oies vivantes

Moncler est une entreprise italienne d’origine française, spécialisée dans la création de doudounes dit haut de gamme, c’est-à-dire au prix de vente prohibitif, entre 500 et 2 500€. Pour ce prix là, la marque ne se moque pas de vous puisqu’elle plume les oies vivantes en Hongrie, pour un coût de revient de l’ordre de 40€. Vous avez compris, à ce prix là il n’y a pas que les oies qui se font plumer.

La chaîne publique italienne Rai 3 (équivalent de France 3) a diffusé le 2 novembre un reportage intitulé “Siamo tutti Oche” (nous sommes tous des oies). L’enquête montre les conditions de plumages des oies pour la confection de doudounes de l’enseigne italienne Moncler. Images insoutenables, les oies sont plumées vivantes, et forcément cela ne se passe pas toujours bien. Certaines oies sont recousus à vif, couvertes d’antiseptique, par la suite elles ne tiennent presque plus debout, elles peinent à marcher.

Plumer les oies vivantes, une pratique fréquente en Hongrie

Face à ces images insoutenables, la chaîne italienne enfonce le clou :

Le plumage des oies vivantes est fréquent en Hongrie, et ce reportage ne fait qu’exposer une pratique illégale et cruelle largement répandue dans la Communauté européenne.

Depuis la Convention européenne sur le bien-être animal du 22 décembre 1999 le plumage des oies vivantes est interdit. La FAO (l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture) rappelle :

Cette méthode représente jusqu’à 80 % de la collecte mondiale de plumes et les six principaux producteurs sont européens, parmi lesquels la Hongrie, la Pologne et la France – concentrent à eux seuls, 93% de cette production.

Selon la réalisatrice de Siamo tutti Oche : “L’Union européenne est considérée comme le premier responsable de l’absence de contrôle et d’application des règles”

Signer la pétition de 30 millions d’amis

A propos de Nicolaï Van Lennepkade

Nicolaï Van Lennepkade
Vegan, marathonien en 2009 (ça commence à dater...), je pourrais passer ma vie à écouter de la musique. Professionnellement, je suis actuellement doctorant à Toulouse spécialisé dans le traitement des images satellites pour la reconnaissance des essences forestières.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !