Mort d’un joggeur en Bretagne : mise en cause des algues toxiques générées par les élevages

Un homme est décédé le 8 septembre alors qu’il faisait son jogging sur une côte bretonne, dans l’estuaire de la rivière du Gouessant. Il a probablement succombé à une intoxication causée par un gaz dégagé par des algues stagnantes, les ulves.

La justice vient d’ordonner son autopsie, en partie grâce à plusieurs associations qui ont porté plainte.

Exemple de vue aérienne de "marée verte" sur une plage bretonne
“Marée verte” sur une plage bretonne

Un problème de santé publique

L’hypothèse de la mise en cause des algues vertes semble la plus probable : durant l’été 2011, les cadavres de trente-six sangliers avaient été ramassés exactement au même endroit ; d’autre part un pompier a déclaré avoir trouvé la victime face contre terre1.

Les associations Halte aux marées vertes et Sauvegarde du Trégor ont porté plainte pour mise en danger délibérée de la vie d’autrui contre les représentants de l’État2, après avoir effectué régulièrement des mesures de sulfure d’hydrogène, sous contrôle d’huissier, sur les côtes bretonnes et plus précisément dans le secteur de la mort du joggeur.

Selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), le sulfure d’hydrogène (H2S) généré par les algues vertes bretonnes en décomposition est un gaz « très toxique », « un irritant des voies respiratoires et un neurotoxique par asphyxie » qui peut générer par exemple des cas d’œdème pulmonaire lésionnel.

En 2009, un cheval était mort après avoir foulé ces algues vertes à Saint-Michel-en-Grève, sur une autre plage des Côtes-d’Armor régulièrement recouverte par des marées vertes : la responsabilité de l’État avait été judiciairement reconnue.

Principales localisation des "marées vertes" en Bretagne
Principales localisation des “marées vertes” en Bretagne

L’élevage : principal responsable

Selon le journal Le Monde :

Ces phénomènes sont générés par l’excès d’engrais azotés d’origine animale comme chimique. Par ruissellement, ils se retrouvent dans les rivières puis dans les eaux côtières où ils stimulent la production d’ulves et leur prolifération dans les baies peu profondes. La Bretagne, spécialisée dans l’élevage intensif, ne parvient pas à surmonter ses problèmes tenaces d’épandage de lisier et autres déjections animales dans les champs.
elevage-intensif-porcs
En Bretagne, et plus généralement en France, l’immense majorité des cochons n’ont jamais accès à l’extérieur et, après avoir été castrés à vif, passent leur vie sur un sol bétonné avant d’être envoyés à l’abattoir3. Les volailles connaissent un sort très similaire. Leur vie de souffrance ne semble guère émouvoir le consommateur moyen. Sera-t-il plus sensible à sa propre sécurité, maintenant que la mise en danger de vie humaines est mise en évidence ?
cochons
  1. Le Monde – Algues vertes : le corps du joggeur mort sur le littoral breton va être autopsié []
  2. Sud-Ouest -Mort d’un joggeur et algues vertes en Bretagne : des associations portent plainte []
  3. L214 – Témoignage dans un élevage breton []

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !