Néandertal végétalien ? Oui, en Espagne !

Le Centre Australien d’étude de l’ADN ancien, une École dentaire australienne et l’Université de Liverpool viennent de publier dans la prestigieuse revue Nature leur étude du tartre dentaire de plusieurs Néandertaliens vivant dans les actuelles Belgique et Espagne. Les résultats ont de quoi surprendre…

De quoi parle-t-on ?

Les équipes ont analysé et comparé des échantillons de plaques dentaires de quatre fossiles néandertaliens datés entre – 42 000 à – 50 000 ans : ce sont les plus anciennes plaques dentaires jamais analysées génétiquement1 !

La plaque dentaire est un dépôt de phosphate de calcium et de magnésium issu de la salive, mélangé à des micro-organismes.

Selon Laura Weyrich, auteure principale de l’étude :

La plaque dentaire piège (…) des morceaux de nourriture glissés entre les dents. Ce piège naturel permet la préservation de l’ADN [des animaux ou végétaux consommés] pendant des milliers d’années.

Dents de Néandertalien ou de Néandertalienne

Néandertal connaissait l’aspirine et les antibiotiques… ou presque

La presse a beaucoup médiatisé, ces derniers temps, l’usage de substances thérapeutiques dont ont fait preuve les Néandertaliens d’El Sidrón (Espagne). Les analyses ont prouvé que l’un d’entre eux, souffrant d’un abcès dentaire et d’un parasite intestinal, consommait une moisissure contenant un antibiotique naturel, le penicillium, mais aussi des bourgeons de peuplier contenant de l’acide salicylique (ingrédient actif de l’aspirine) comme anti-douleur naturel.

Penicillium

Néandertal omnivore, Néandertal végétalien

L’étude a également créé la surprise en mettant en lumière aussi la diversité des régimes alimentaires des femmes et hommes de Néandertal suivant leur environnement2. En Belgique, les Néandertaliens de la grotte Spy vivaient dans les steppes et mangeaient du rhinocéros laineux, du mouflon et du champignon. Ceux du site d’El Sidrón vivaient en forêt et avaient des menus composés de champignons, de pignons de pin, de mousses et d’écorce.

Les pignons sont riches en matières grasses, en minéraux et vitamines variées (phosphore, magnésium, zinc, manganèse, cuivre, fer, vitamines E, K…) ; ils constituent une source de protéines non négligeables : une fois déshydratés, ils en contiennent plus que le quinoa et autant que le pain complet3.

Assiette végétale aux pignons de pin

Les champignons sont très nutritifs et fournissent de nombreux minéraux et vitamines dont le cuivre, le sélénium, les vitamines B2 et B3, la vitamine D4

La fine écorce intérieure de certaines essences d’arbres est comestible même pour l’humain moderne, et même très nourrissante, par exemple en ce qui concerne les différentes espèces de bouleau, particulièrement au printemps quand la sève commence à monter5.

Quant à la mousse, également très nutritive, elle était réservée il n’y a pas si longtemps dans certaines cultures d’Europe du Nord aux convalescents et aux personnes âgées, et se consomme encore aujourd’hui en gelée6.

Mousse sur un tronc de bouleau blanc

Bastien Llamas, chercheur australien ayant collaboré à l’étude, conclut ainsi7 :

Il semble donc que la population belge était chasseuse et cueilleuse, alors que la population espagnole était juste cueilleuse.

Végétariens ou végétaliens ?

Peut-on affirmer sans affabuler que ces Néandertaliens d’El Sidrón étaient vraiment végétaliens ?
L’étude de leur tartre n’ayant révélé aucune trace de viande, l’Institut des Sciences naturelles de Belgique8 et les sites anglophones Science Daily2 et New Scientist n’hésitent pas à les qualifier de “végétariens“, contrairement aux sites français qui dans un bel ensemble évitent soigneusement d’employer ce terme.
Or il est bien sûr à exclure que ces hommes aient consommé du lait animal ; quant aux œufs, ils ne sont mentionnés dans aucune des publications anglophones ou francophones que nous avons pu lire sur le sujet. Ces Néandertaliens d’Asturie, vivant il y a près de cinquante millénaires, avaient bel et bien l’air végétaliens

Végétalien, un passe-temps de bobo citadin ?

 Pour conclure

Deux points à retirer de ces informations…

Une fois de plus, si l’humain est omnivore, cela ne signifie pas qu’il doit manger de tout… Si Néandertal, cousin germain de l’homme moderne apparu il y a environ 300.000 ans et éteint il y a environ 30.000 ans, a pu sans problèmes adopter une alimentation exclusivement végétale lorsque cela lui était profitable, pourquoi ne le pourrait-on pas aujourd’hui ?

Ensuite, remarquons au passage qu’entre Néandertal belge et Néandertal espagnol, c’est bien le second, au régime 100% végétal, qui a découvert la pénicilline, l’acide salicylique et la camomille9 (un anti-inflammatoire). Logique, lorsqu’on se nourrit de plantes et champignons, d’explorer leurs effets positifs sur la santé.

Camomille sauvage

Précisions :

  1. Hominidés – Néandertal pratiquait déjà l’automédication []
  2. Science Daily -Dental plaque DNA shows Neanderthals used ‘aspirin’ [] []
  3. Passeport santé – Pignons []
  4. Passeport Santé – Champignons []
  5. Passeport santé – Écorce de bouleau []
  6. Passeport santé – Gelée de mousse de caribou aux pommes et au chocolat []
  7. Sciences et Avenir – Mal aux dents : Neandertal prenait de l’aspirine []
  8. Institut des Sciences naturelles de Belgique – Le tartre de leurs dents révèle le menu des Néandertaliens []
  9. La Croix – Le régime alimentaire de Néandertal révélé par le tartre de ses dents []

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer