Maman ours et son ourson

Ours pyrénéens : l’Europe lance une procédure judiciaire contre la France

La Commission Européenne a déclenché une procédure d’infraction contre la France. Motif : “manquement à ses obligations de protection de l’ours brun des Pyrénées”.
Mais que s’est-il donc passé ?

Maman ours et son ourson

L’ours, présent au Moyen-Age dans toute l’Europe, a connu un rapide déclin. Il est d’abord abondamment chassé, avec le soutien de l’Eglise Chrétienne qui souhaite ainsi lutter contre la survivance des cultes celtes et germains de l’ours. C’est ensuite la pression toujours plus grande de l’homme sur son habitat naturel qui l’a fait péricliter : dès le début du XXe siècle, on ne trouve plus aucun ours français en dehors de Pyrénées.

L’arrêt de la chasse à l’ours n’est effectif qu’en 1972, et l’animal inscrit sur la liste des espèces menacées en 1979.
Il faut attendre 1984 pour voir émerger un premier plan de sauvegarde, et au milieu des années 90 on ne recense plus que cinq ours dans toutes les Pyrénées.

En 1996 et 1997, trois ours slovènes sont alors relâchés pour renforcer l’espèce. Des naissances font remonter la population à une quinzaine d’individus, auxquels s’ajoutent, en 2006, cinq ours slovènes supplémentaires.

Hélas, l’Etat se désengage… En 2009, le Plan de Restauration et de Conservation de l’Ours arrive à échéance, et reste sans suite. Voilà plus de deux ans, les associations de défense de la nature regroupées au sein de CAP-Ours déposent plainte auprès de la Commission Européenne pour défaut de protection de l’espèce. Ils ont enfin été entendus.

La France, qui a renoncé en 2011 au renforcement prévu dans le Béarn, est désormais sous la menace d’une saisine de la cour de justice européenne. Elle a d’ores et déjà reçu une lettre de mise en demeure, et a deux mois pour agir.
En 2010, Nathalie Kosciusco-Morizet, alors ministre de l’écologie, avait évoqué ce risque :

Si nous ne respectons pas nos obligations européennes, ce n’est pas simplement une amende que l’Etat aura à payer. Ce sont l’ensemble des crédits européens pour les Pyrénées qui sont menacés.

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore la littérature et la bande dessinée. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer