Un chasseur, par Insolente Veggie

Ouverture de la chasse et des accidents : à quand des mesures de sécurité ?

La saison de la chasse commence… Et avec elle, un peu plus de barbarie s’installe.

Voici un communiqué de l’ASPAS (Association pour la Protection des animaux sauvages) qui rend compte de l’arrêt des tirs de loups dans la Meuse, suite à une décision de justice.

Ouverture de la chasse et des accidents : l’ASPAS exige des mesures de sécurité

À peine la saison de chasse est-elle ouverte que l’on déplore déjà plusieurs incidents impliquant des non chasseurs. Dimanche, une promeneuse a été blessée au visage en Indre-et-Loire. L’Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS) demande l’arrêt de la chasse le dimanche et l’instauration de contrôles de santé ou d’alcoolémie des chasseurs. Pourquoi un tel le laxisme des pouvoirs publics dès qu’il s’agit de chasse ?

Alors qu’elle se promenait dimanche matin, une femme de 49 ans a été blessée au visage et au bras par une volée de plombs à Montlouis (37) provenant d’un tir effectué par un chasseur à plus de 80 mètres. Le même jour des habitants de Fondettes recevaient des plombs sur leur toiture. Jeudi dernier, un tir explosait la vitre d’une voiture circulant sur l’autoroute A85.

Le caractère dangereux du « loisir » chasse exclut de fait toutes les autres activités de pleine nature car aucune véritable mesure nationale ne garantit la sécurité des non chasseurs.

La loi chasse 2000, qui avait instauré le mercredi sans chasse, prévoyait un décret fixant les règles de sécurité. Mais celui-ci n’a jamais été adopté.
En 2003, le mercredi sans chasse… disparaissait. La France devenant le seul pays d’Europe où la chasse se pratique tous les jours de la semaine.
En 2008, la loi chasse dite « Poniatowski » supprimait purement et simplement le paragraphe de la loi qui prévoyait l’adoption d’un décret sur les règles de sécurité.

Chasseur
À ce jour, il n’existe pas d’examen de la vision des chasseurs, alors que les tireurs sportifs en ont l’obligation annuelle pour exercer leur loisir en stand sécurisé. Aucune loi n’existe pour contrôler leur taux d’alcoolémie, comme c’est l’usage pour les automobilistes. Pire, aucun seuil maximal d’alcoolémie n’est fixé pour l’exercice de la chasse ! Chaque année, le « loisir » chasse fait des dizaines de morts et de blessés, dans l’indifférence coupable des pouvoirs publics. L’ASPAS demande à nos législateurs une refonte de l’archaïque système cynégétique français

Depuis plus de 20 ans l’ASPAS se bat pour que soit enfin instauré, au niveau national, le dimanche sans chasse. C’est aujourd’hui la seule mesure susceptible de garantir l’accès à une nature sans danger pour tous. Le dimanche étant le jour des promenades familiales, et celui pour lequel on recense le plus d’accidents de chasse.

Avec les éditions Allary, l’ASPAS vient de publier un livre pour le grand public ” Comment se promener dans les bois sans se faire tirer dessus ! “, où elle révèle les dessous d’un lobby néfaste aux citoyens et à la nature.

Comment

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !