Crédits : Pascal Bernier

Permis de chasse, assurances des chasseurs : tout ce que vous avez toujours voulu savoir

Vous pouvez lire, sur le site officiel Service Public :

Pour valider le permis de chasser, le chasseur doit avoir souscrit une assurance de responsabilité civile en raison des accidents pouvant survenir lors de la pratique de la chasse.

Vous avez bien lu. Le gouvernement reconnaît, par cette simple phrase, que les gens lâchés dans la nature avec une arme à feu peuvent bel et bien causer des accidents (il est vrai que c’est difficile à nier).

La logique voudrait qu’on interdise cette pratique potentiellement (et fréquemment) mortelle, même pour les humains. La conclusion qu’en tire la loi, c’est de demander une assurance aux chasseurs.

Crédits : One Voice (article "Trois accidents mortels en trois semaines".)
Crédits : One Voice (article “Trois accidents mortels en trois semaines“.)

Décès à cause d’un chasseur : remplissez le formulaire !

Egalement disponible en ligne, le formulaire à remplir en cas d’accident mortel dû à un chasseur. Il prévoit également le cas où les victimes ne sont pas des humains, mais des chiens… Tout est prévu par la loi, sauf d’empêcher ces morts.

Peut-on vraiment parler d’accident quand la loi permet à des hommes de circuler munis d’armes à feu, quel que soit leur état de santé, leur ébriété, leur âge, sans contrôle de leur vue, et que cette même loi prévoit à l’avance un formulaire adapté au cas où ils trucideraient un promeneur ?

Le législateur a l’air de considérer cela comme une fatalité, au même titre que d’être frappé par la foudre. Je le vois quant à moi comme un homicide, rendu possible par l’Etat français.

Exercice d'intervention sur une simulation d'accident de chasse. Photo Ouest-France
Exercice d’intervention sur une simulation d’accident de chasse. Photo Ouest-France

Un permis de chasse facilité depuis 2014

Attardons-nous un instant sur ces hommes armé, parfois âgés de 15 ou de 90 ans, qui déambulent fusil à la main dans les mêmes prairies, forêts et chemins que nous.

Savez-vous qu’en 2014, le permis de chasse a fait l’objet d’une réforme majeure qui l’a rendu plus facile à obtenir ? Réforme proposée par la Fédération Nationale des Chasseurs, et évidemment acceptée par l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS).

Sur le site de l’ONCFS, on peut ainsi lire :

L´objectif de la réforme reposait sur une double volonté de simplicité et d’efficacité, dans l´intérêt des candidats.

Une réforme dans l’intérêt des chasseurs, donc, et assumée comme telle !

Désormais, l’épreuve théorique et l’épreuve pratique sont regroupées en une seule, plus courte ; l’épreuve théorique se compose de 10 questions au lieu de 21 auparavant.

Parmi ces 10 questions, une seule question éliminatoire porte sur la sécurité.

Un chasseur, par Insolente Veggie
Un chasseur, par Insolente Veggie

Une comparaison intéressante

Pour conclure, rappelons brièvement que les chasseurs sont nettement plus dangereux que les malades mentaux pris dans leur ensemble, selon les chiffres du Dr Christian Colbeaux, psychiatre.

Enfin, est-il utile de rappeler que, même si je n’ai évoqué dans cet article que les meurtres humains, la chasse est avant tout un immense carnage d’animaux sentients ?

Accident de chasse
Accidents de chasse / Marcassin, par Pascal Bernier

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !