Polémique en Inde entre végétariens et mangeurs de viande

Manifestation de végétariens à New Delhi

Les non-végétariens “ont facilement recours à la tromperie, au mensonge, ils oublient leurs promesses, ils sont malhonnêtes et parlent vulgairement, volent, se bagarrent, font usage de la violence et commettent des crimes sexuels”.
Mais où peut-on lire une telle charge au vitriol ?
La réponse pourrait vous surprendre : dans un manuel scolaire.
Depuis la mi-novembre, en Inde, le manuel en question est proposé aux élèves de sixième.

“Ce n’est pas facile d’être un non-végétarien en Inde. En plus des regards désapprobateurs que vous lancent les végétariens “éthiques”, vous devez faire face à des groupes qui vous jugent sur le plan moral ou religieux.”
Ainsi s’exprime Rohan Joshi, grand amateur de viande et humoriste de profession.
Son plaidoyer pour la consommation carnée, dans le quotidien Mid Day, en réponse au scandale que suscite le virulent livre de classe, a en effet le mérite d’être drôle à défaut d’être convaincant.

Cette polémique, rapportée par Courrier International, est intéressante. Pour un végétarien ou un végétalien occidental (et a fortiori français), en butte à l’étonnement et à la désapprobation constantes de ses pairs, il est invraisemblable de s’imaginer un monde où les omnivores subiraient la pression sociale des végétariens. Et pourtant ce miroir inversé existe bien en Inde !

 

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer