Pourquoi je ne donnerai plus au WWF

J’ai donné 10€ par mois au WWF pendant 10 ans. J’ai convaincu mon père de donner au WWF. J’ai acheté chez Pimkie des tee-shirts en coton bio dont un euro revenait au WWF. D’aussi loin que je me souvienne, et jusqu’à l’an dernier, j’ai toujours eu une bonne image de cette organisation non gouvernementale.

Qui n’en aurait pas eue ? Un panda comme logo, la préservation de notre planète comme objectif… Tout a l’air limpide.

Plusieurs détails m’ont mis la puce à l’oreille. De nombreuses recherches et de multiples lectures plus tard, voici pourquoi j’ai résilié mes dons au WWF — je donne par contre à L214 et à plusieurs autres ONG.

1) Parce que le WWF ne veut pas défendre l’ours polaire

Logo de la CITES (Convention on International Trade in Endangered Species)
Logo de la CITES (Convention on International Trade in Endangered Species)

Rappelez-vous : la situation de l’ours polaire a quasiment atteint le point de non-retour. Il en resterait environ 20 000 sur une banquise qui ne cesse de se résorber ; et une peau d’ours se négocie dans les 75 000 dollars. En 2013, la CITES (convention internationale des espèces en danger) a proposé  de placer l’ours dans la catégorie d’animaux auxquels on assure une protection maximale, afin d’interdire le commerce de sa chair, sa peau, sa fourrure1

Créant la surprise, le WWF s’est opposé à cette proposition de protection. L’ours blanc n’a pas changé de statut2.

Ours polaire

2) Parce que le WWF aime les chasseurs

Le saviez-vous ? Le WWF a été fondé entre autres par de grands chasseurs adeptes des safaris, qui voulaient maintenir la faune africaine pour mieux pouvoir pratiquer leur “loisir”3. Pire : il n’a jamais réellement coupé les ponts avec l’univers cynégétique. Par exemple, le roi d’Espagne Juan Carlos a été président d’honneur du WWF depuis sa fondation en 1968 jusqu’en 2012, alors qu’il chassait l’éléphant, mais aussi l’ours en Roumanie4

Juan Carlos posant devant un éléphant abattu en 2006. Crédits photos : Almagro/Almagro/Albaca
Juan Carlos posant devant un éléphant abattu en 2006. Crédits photos : Almagro/Almagro/Albaca

3) Parce que le WWF traite mal les humains

…et bafoue tous les droits du travail. « C’est une vraie boucherie d’un point de vue humain », « une boîte aux méthodes pourries » d’après deux anciens salariés interrogés par le journal Marianne5. Ambiance étouffante, délation, ordres contradictoires de la direction, rumeurs nauséabondes…
Un état des lieux terrifiant, toujours selon Marianne :

Le bilan social de WWF France est calamiteux. Sur la centaine de salariés que compte la fondation, près d’une trentaine sont partis en un peu plus d’un an, écœurés ou poussés vers la sortie. En 2013, 89 arrêts maladie ont été comptabilisés, contre une petite trentaine seulement en 2011. (…) Sur les huit délégués du personnel, cinq ont jeté l’éponge récemment. Trop de pression et de sales coups venus d’en haut. Une dizaine de procédures sont en cours devant les prud’hommes, la cour d’appel ou le tribunal administratif de Paris. De plus en plus consulté par des salariés au bord du burn-out, le médecin du travail a tiré la sonnette d’alarme. Dans un courrier daté du 14 octobre dernier, il parle de « souffrance au travail » et de « détresse ». Face à ce mal-être généralisé, la direction reste sourde (…).
« Si un salarié souffre dans son travail pour X raisons, il doit se poser la question de changer de travail », assène l’équipe dirigeante.

4) Parce que le WWF carbure au greenwashing

En mai 2012, l’émission « Cash Investigation » révèle qu’un partenariat de 400 000 € par an pendant 3 ans a été conclu avec le Crédit agricole, la “fausse banque écolo”6 qui investit dans les énergies fossiles7. Outre une plate-forme pétrolière au Groenland, le Crédit agricole participerait à des financements d’usines ayant recourt au sable bitumineux et aux centrales à charbon8. Le Crédit Agricole a d’ailleurs obtenu le prix Pinocchio en 20109. Mais cela ne semble pas gêner le WWF…

CA WWF

L’entretien d’Elise Lucet avec Serge Orru, directeur général du WWF en 2012, est édifiant :

D’autres géants de l’industrie ou de la distribution — Carrefour, Ikea, Castorama, Rip Curl… — se sont offerts eux aussi, à peu de frais, le label WWF10.

Enfin, le WWF  France vient d’embaucher l’an dernier un bien surprenant directeur général : Philippe Germa, ancien banquier. Lequel a dissout le conseil scientifique et abandonné de nombreux programmes de conservation, comme celui concernant les marais du Vigueirat, réserve naturelle de Camargue.

Pire : Philippe Germa a supprimé le programme d’éducation « Oui au bio dans ma cantine ». Le bio, préoccupation secondaire pour une organisation soi-disant environnementale ?11

En parallèle, Germa multiplie les contrats avec les grandes entreprises, et, plus inquiétant, cherche à les rendre moins contraignants pour les firmes

Isabelle Autissier et Philippe Germa (à droite) au 40e anniversaire du WWF, en 2013
Isabelle Autissier et Philippe Germa (à droite) au 40e anniversaire du WWF, en 2013

Il prospecte ainsi auprès de GDF Suez, Unilever, Kellogg’s, Coca-Cola, Renault, Michelin, et fait même les yeux doux à Veolia, qui voudrait verdir son image en recyclant l’eau polluée par l’extraction du gaz de schiste12

5) Parce que le WWF n’incite pas à arrêter la viande

Une récente campagne du WWF incite à limiter le gaspillage alimentaire en n’achetant pas plus que ce que l’on mange réellement… Voici leur image des aliments donnant lieu à une consommation régulière :

WWF

Il y a deux mois, j’ai envoyé au WWF le mail suivant :

Bonjour,
Je vous demande de me radier des membres du WWF et de stopper les prélèvements de ma part.
Le WWF ne peut ignorer que l’élevage est la première cause de pollution, de déforestation, de réchauffement planétaire et j’en passe.
Je vous invite à ce sujet à visionner l’excellent documentaire Cowspiracy qui fournit des explications très claires et détaillées13, ainsi que le site www.viande.info.
Or, le WWF ne prône en aucun cas le véganisme, ni même le végétarisme : ses actions sont donc hors sujet.
Le jour où le WWF recommandera d’être végane, je le soutiendrai à nouveau par un don régulier.
Pour l’heure, je souhaite être purement et simplement radiée. Merci de m’informer lorsque le nécessaire aura été fait me concernant.

Effet de serre

Voici la réponse que j’ai reçue :

Concernant votre réclamation nous comprenons tout à fait votre point de vue cependant nous ne pouvons pas être dans une position extrême et juger les personnes qui souhaitent manger de la viande notre but est de promouvoir une réduction des consommations de viandes animales : consommer de la viande responsable pour baisser notre impact sur les forêts.

Comme vous pouvez vous en douter, je n’ai guère apprécié cette réponse me qualifiant d’ “extrême”. Un végane n’épargne pas seulement les vies animales, il a une empreinte écologique infime par rapport à celle de la responsable avec qui j’ai dialogué, évidemment carniste (consommatrice de viande, et partisane de l’idéologie qui tente de justifier cela). Il est aberrant d’entendre une salariée de WWF, association supposée défendre la préservation de la planète, tenir de tels propos.

Rappelons quelque chiffres indicatifs :

  • Espace cultivé requis pour nourrir un végane pendant un an : 6 ares
  • Pour nourrir un végétarien pendant un an : 3 fois plus qu’un végane
  • Pour nourrir un mangeur de viande standard pendant un an : 18 fois plus qu’un végane

Un mangeur de viande a besoin de 18 fois plus de terres cultivées qu’un végane pour sa subsistance (pour faire pousser les végétaux qui nourriront les animaux qu’il ingère : en moyenne, 10kg de protéines végétales sont utilisées pour produire 1kg de protéines animales).

Ces chiffres répondent en même temps à toute allégation douteuses sur une catégorie de viande qui serait “responsable” : si un mangeur de viande a “seulement” besoin de 18 fois plus de terres qu’un végane, c’est qu’il consomme majoritairement de la viande issue d’élevage intensif. Si tous les carnistes de la planète voulaient consommer de la viande d’élevage extensifs, cela augmenterait ce ratio de façon exponentielle…

Cela montre donc clairement que la viande bio issue d’élevage extensif n’est pas une solution, c’est même l’exact inverse pour la planète.

Vache

Voici les sources que j’ai fournies à cette responsable WWF, en espérant que la réflexion qu’elles induisent lui soient profitable :

Sur l’espace cultivé gaspillé pour la subsistance des mangeurs de viande : http://www.cowspiracy.com/facts/
Sur la quantité de protéines végétales gaspillées pour en faire des protéines animaleshttp://www.alimentation-responsable.com/impact-des-modes-alimentaires-sur-lenvironnement-et-la-disponibilit%C3%A9-alimentaire-mondiale
Sur le pourcentage écrasant d’animaux élevés pour leur chair qui ne verront jamais la lumière du jour : http://www.viande.info/elevage-viande-animaux

Au fait… Pour faire un don à L214, c’est ici.

  1. https://www.vegactu.com/actualite/ni-le-wwf-ni-greenpeace-ne-veulent-defendre-lours-polaire-3732/ []
  2. http://www.polarbearsinternational.org/news-room/news/polar-bears-remain-appendix-ii-cites []
  3. http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=1500 []
  4. http://www.lexpress.fr/styles/vip/wwf-espagne-prive-le-roi-juan-carlos-de-son-poste-de-president-d-honneur_1141207.html []
  5. http://www.marianne.net/WWF-Coup-de-bambou-sur-le-panda_a238667.html []
  6. https://www.youtube.com/watch?v=JisbKqwGyUU []
  7. http://ong-entreprise.blogspot.fr/2012/05/le-partenariat-wwf-credit-agricole.html []
  8. http://www.reunisel.com/?p=1078 []
  9. http://www.prix-pinocchio.org/laureat-2010.php?id_rubrique=7 []
  10. http://ong-entreprise.blogspot.fr/2010/01/le-wwf-france-fait-un-premier-bilan-de.html []
  11. Site inactif depuis 2012 : http://www.ouiaubiodansmacantine.fr/actualites/ []
  12. http://www.marianne.net/WWF-Coup-de-bambou-sur-le-panda_a238667.html []
  13. https://www.youtube.com/watch?v=29HTWEht4YU&feature=youtu.be []

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !