Que voter aux législatives pour défendre les plus faibles ?

Loin de nous l’idée de vous dicter votre vote. Par contre, nous souhaitons ici vous inciter à vous rendre effectivement aux urnes, et à faire un choix éclairé, guidé par l’humanisme écologique et animaliste.

Changer la société : comment ça marche ?

Les avancées sociétales, historiquement, sont toujours dues à une minorité qui les a réclamées en se battant politiquement et médiatiquement et non, comme on pourrait spontanément le penser, à une propagation continue de l’idée dans toute la société. C’est ce que montrent les analyses historiques : aucune transformation sociétale menant à une justice accrue n’a été obtenue avec une “conversion” de proche en proche.

En d’autres termes, l’esclavage, l’interdiction du droit de vote des femmes ou la peine de mort n’ont pas été abolis parce que certains citoyens, plus éclairés que d’autres, ont petit à petit convaincu leur entourage jusqu’à ce que toute la société en tombe d’accord… Non : il s’est agi de luttes médiatico-politiques acharnées, menées par une frange certes éclairée mais minoritaire de la population. Ces luttes porteuses de revendications ont créé un débat public, puis permis de faire bouger les lois. Une minorité nécessaire et suffisante a suffi à lancer le mouvement qui a fait basculer la société.

Comme l’explique parfaitement le site — au nom volontairement provocateur — Abolition du véganisme1 :

Il est important de remarquer que c’est toujours une minorité qui commence à émettre une revendication. Et durant le débat public (qui peut durer pendant des décennies) plus une revendication est exprimée et discutée, plus la minorité grandit et éventuellement devient une majorité.
Dès que l’unanimité concernant une pratique disparaît grâce aux personnes qui commencent à faire des revendications pour le changement, il devient plus facile pour les autres de remettre en question cette pratique.
Ce dernier point (le pouvoir du conformisme sur les décisions d’un individu au sein d’un groupe) a été abondamment démontré en psychologie et sciences sociales ; l’expérience de Asch est à ce sujet la plus édifiante2.

A cause de ce comportement, c’est a posteriori que beaucoup de gens admettent qu’une cause humaniste est juste : de nombreux citoyens ont eu besoin de voir l’esclavage perdre du terrain dans le débat public, ou être enfin interdit par la loi, pour se convaincre que cela était juste — aujourd’hui que l’égalité entre les hommes est institutionnalisée, plus personne ne remet ces principes en question.

A noter : nous ne différencions pas ici nettement les revendications portées lors des débats publics de celles supportées par une lutte politique car nous considérons que les premières mènent aux secondes : une lutte médiatique finit par ouvrir des débats politiques. On a pu voir par exemple le mariage pour tous, longtemps réclamé dans de multiples débats publics, devenir un positionnement politique — avec succès.

Application à la cause animale

En ce qui concerne les droits des animaux, il est bien beau d’argumenter sans se lasser, avec patience et pédagogie, auprès de votre famille, vos collègues, vos nouvelles connaissances, afin qu’ils limitent leur consommation de produits animaux (c’est la stratégie d’appel à la vertu3 ), et de se réjouir lorsque de temps en temps l’un d’entre eux devient effectivement vegan. Mais cette lente diffusion des idées est loin d’être suffisante, voire carrément inefficace : l’histoire a montré que le combat pour le respect de la vie animale se gagnera par une victoire politique. Rassemblements, manifestations, pétitions, débats dans les médias… et votes stratégiques concourront à changer, un jour, le sort de nos semblables les animaux.

Toujours d’après le site Abolition du véganisme1 :

Lorsque nous faisons de l’activisme ou parlons simplement pour défendre les non-humains, nous devons nous assurer que notre message est compris comme une demande de changement qui concerne la société tout entière.

Quelle meilleure demande de changement concernant la société entière qu’un choix de représentants politiques ? Du moins lorsque les objectifs d’un ou plusieurs candidats peuvent coïncider avec ces revendications.

Le vote blanc est une option tout à fait respectable lorsqu’aucun candidat n’est susceptible de faire avancer la cause animale. Cependant, ce cas de figure n’est apparemment pas celui des élections législatives auxquelles nous sommes attendus dimanche. Fort heureusement, il existe de nombreux partis pour lesquels vous pouvez envisager de voter en tant que militant animaliste — attention, tous ne seront pas présents dans toutes les circonscriptions… Nous les passons en revue pour vous.

Dans cet article, nous ferons fréquemment référence à Politique & animaux : cet observatoire animé par L214 retrace depuis 2011 l’action des personnalités et des partis politiques à l’égard des animaux.

Le parti animaliste

En 2013, l’auteur du blog Médiapart L’animal Politique se demandait : “Quand en France les animaux pourront-ils être défendus par un parti animaliste ?” En 2016, c’était chose faite avec le Parti animaliste français.

La filiation est nette avec le parti animaliste des Pays-Bas — le Partij voor de Dieren (Parti pour les Animaux) — créé il y a 10 ans, et qui comptait déjà en 2013 trois élus, deux parlementaires et un sénateur ; avec le parti animaliste espagnol, très influent ; et la vingtaine de mouvements animalistes à travers le monde (Canada, Australie…), dont les plus anciens ont déjà 15 ans.

Le Parti animaliste promeut “une évolution de société qui prend en compte les intérêts des animaux et qui repense la relation entre les animaux et les humains“.

Il ne se prononcera pas sur les questions autres que celles liées à la défense animale.

Il propose 147 candidats à travers la France4. Si l’un d’entre eux se présente dans votre circonscription (pour le savoir, jetez un œil à la carte des candidats plus bas), c’est à notre avis un choix électoral très pertinent, innovant et enthousiasmant, pour un militant ou sympathisant de la cause animale.

Retrouvez sur Vegactu notre article consacré à ce parti naissant — longue vie à lui5.

Est-il besoin de dire que le Parti Animaliste obtient la note maximale (19,9/20) sur le site Politique & animaux6 ? Il s’agit véritablement d’un parti créé exclusivement pour la cause animale.

>> Carte des candidats du Parti animaliste.

Le Parti Antispéciste Citoyen pour la Transparence et l’Ethique (PACTE)

Le PACTE se veut l’incarnation politique de la philosophie antispéciste. Bien que ce parti présente sur son site internet 18 candidats aux législatives, il se serait rallié à l’Alliance Écologiste Indépendante dont nous vous parlons plus bas7. Un parti à suivre dans les années qui viennent.

Le Parti pirate

Le Parti pirate, fondé en France en 2006, est un parti politique adhérent au Parti pirate international. Sa devise : « liberté, démocratie, partage ». Très bien noté sur Politique & animaux8 avec 19,8/20, il présente 58 candidats aux législatives qui approchent.

Notons que le co-fondateur de Pirate Bay est vegan9 : une tradition animaliste serait-elle en train de se créer chez les pirates de tous les pays ?

>> Liste des Pirates aux législatives 2017.

La Confédération pour l’homme, l’animal et la planète

Le Mouvement Hommes Animaux Nature (MHAN), Le TRÈFLE et le Mouvement Écologiste Indépendant (MEI) présentent 143 candidats aux législatives du 11 et 18 juin sous l’étiquette commune CONFÉDÉRATION POUR L’HOMME, L’ANIMAL ET LA PLANÈTE.

D’après cette nouvelle coalition politique, “si chaque parti conserve son identité et son autonomie, leurs programmes reflètent une vision commune visant à une meilleure coexistence homme, animal et nature.”

Qui sont-ils ?

  • Le Mouvement Hommes Animaux Nature, présent électoralement depuis 2004, souhaite porter “des débats engagés, à travers tout le territoire français, en collaboration avec les associations humanitaires et de la protection animale“. Bien que leur site internet fasse tout sauf moderne (faites-y un tour, le design vaut le coup d’œil !), leur programme est éclairé puisqu’ils sont extrêmement bien notés sur tous les sujets sur Politique et Animaux10.
  • Le TRÈFLE est un mouvement politique français créé en 1993, dont le logo fait également années 80, est favorable (voire très favorable) à la cause animale sur tous les sujets (fourrure, corrida, expérimentation animale, élevage, zoos, cirques…) sauf la chasse11.
  • Le Mouvement Écologiste Indépendant, créé en 1994 par un cofondateur des Verts, ne s’est exprimé sur aucun sujet fondateur de la cause animale, à l’exception notable de la chasse et de l’élevage, sur lesquels ils se sont avérés agir pour les animaux d’après Politique et Animaux12.

>> Liste nationale des candidats de la Confédération pour l’homme, l’animal et la planète.

La France Insoumise

On ne présente plus la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon. Nous avons relayé lors de la campagne présidentielle ses prises de position médiatiques les plus fortes, depuis “les protéines carnées, ça a une limite” jusqu’à “être vegan, c’est vouloir un autre monde”, en passant par “on traite les animaux d’une manière absolument ignoble“. Principal porteur de notre message animaliste lors de la présidentielle avec sa note de 16,8/20, force est de constater que ce parti ne se classe plus aussi bien lorsque bon nombre d’autres rentrent en jeu…

En l’absence, dans votre circonscription, de candidats issus des partis plus proches du mouvement vegan comme le Parti animaliste ou le Parti Pirate, voter pour la France Insoumise peut cependant constituer un bon choix stratégique.

Pourquoi ? Parce qu’en plus des citations énumérées ci-dessus, le parti de Jean-Luc Mélenchon est toujours classé dans la catégorie “Agit pour les animaux” sur l’observatoire Politique & animaux. Parce que les prises de position de la France Insoumise sont très nombreuses et pertinentes sur des thèmes comme la lutte contre le lobbying pro-viande, la végétalisation de l’alimentation, une prise en compte du coût climatique de l’élevage13
Parce que certains des membres de la France Insoumise, dont la candidate aux législatives Anne Stambach-Terrenoir dans la deuxième circonscription de Toulouse, sont vegans14. Un autre candidat, Gilles Naudy, était présent à la Marche pour la fermeture des abattoirs, à Toulouse également.

Vous pouvez aller lire notre article : “Jean-Luc Mélenchon, le candidat des défenseurs des animaux ?

Et les Verts ?

Outre la Confédération pour l’homme, l’animal et la planète, trois partis écologistes différents qui présentent des candidats aux élections législatives sont mieux notés que la France Insoumise. Voyons lesquels.

L’Alliance écologiste indépendante agit pour les animaux avec un très bon score de 19,1/20. Presque un sans-faute, et de nombreuses prises de position recensées sur Politique & animaux15 pour ce “mouvement politique citoyen” “au-delà de la droite et de la gauche”créée en 2009, issu de la fusion entre La France en action, Génération écologie et le Mouvement écologiste indépendant.
Ce parti présente des candidats dans toutes les circonscriptions16.
C’est l’un des rares à avoir déclaré engager l’ensemble de ses candidats sur toutes les propositions du manifeste Animal Politique17.

Le Parti écologiste obtient 17,6/20 mais ne s’est jamais positionné sur la corrida, l’expérimentation animale, la fourrure ni le traitement des animaux de compagnie18.

Enfin, les bien connus Europe Écologie Les Verts agissent également pour les animaux avec 17,4/2019 mais nous sommes mitigés à leur sujet : d’un côté, ils comptent parmi eux l’irréprochable Laurence Abeille (qui prend fréquemment position à l’Assemblée en faveur de la cause animale) ; d’un autre côté, aucune des grosses pointures d’EELV ne s’est jamais positionné en faveur des animaux… Citons par exemple Yannick Jadot donnant une interview à Chassons.com (Yannick Jadot20 ) ou Emmanuelle Causse versant dans la végéphobie la plus primaire en arborant une pancarte “Je hais le tofu” soi-disant pour promouvoir la conférence sur le climat de 201521.

Pour plus d’informations

Pour compléter ce panorama, loin d’être exhaustif mais que nous n’avons pas voulu surcharger, rendez-vous sur le site Politique & animaux, véritable encyclopédie pré-électorale…

Vous y découvrirez d’autres partis agissant pour les animaux, comme l’Union pour les Outremer, une étonnante et heureuse surprise (19,8/20) ; la France Qui Ose (18,5/20) emmené par Rama Yade mais qui n’a pris position que sur un petit nombre de sujets animalistes ; ou le Rassemblement Pour la France, bien noté théoriquement grâce aux propositions de loi de certains de ses membres (19,1/20) mais qui compte hélas dans ses rangs Robert Ménard, défenseur de la tauromachie, homophobe et xénophobe notoire…

>> Voir le comparatif des partis sur Politique & animaux.

Merci à l’équipe de ce formidable site pour leur travail de fourmi… et de titan.

 

Précisions :

  1. Pour l’abolition de l’esclavage, pour l’abolition du véganisme – A propos du nécessaire changement de paradigme dans le mouvement pour les droits des animaux [] []
  2. Expérience de Solomon Asch : Asch, S.E. (1951). Effects of group pressure upon the modification and distortion of judgments. In H. Guetzkow (ed.) Groups, leadership and men. Pittsburgh, PA: Carnegie Press. []
  3. Pour l’abolition de l’esclavage, pour l’abolition du véganisme – De l’appel à la vertu à l’exigence de justice pour les animaux []
  4. La Croix – Le parti animaliste, un nouveau venu en politique []
  5. Vegactu — Le premier parti animaliste de France voit (enfin) le jour ! []
  6. Politique et Animaux – Parti animaliste []
  7. Politique & animaux – Législatives 2017 []
  8. Politique & animaux – Parti pirate []
  9. Vegactu – Vegan, le cofondateur de Pirate Bay… []
  10. Politique et Animaux – MHAN []
  11. Politique et Animaux – TREFLE []
  12. Politique et Animaux – MEI []
  13. Politique et animaux – France Insoumise []
  14. ActuToulouse – Législatives 2017. Ce sont les dix candidats de Jean-Luc Mélenchon en Haute-Garonne []
  15. Politique & animaux – AEI []
  16. Alliance écologiste indépendante – Législatives 2017, des candidats partout ! []
  17. Manifeste Animal Politique []
  18. Politique & animaux – PE []
  19. Politique & animaux – EELV []
  20. Chassons.com – Yannick Jadot []
  21. Vegactu – “Je hais le tofu” : la nouvelle campagne d’EELV pour sauver le climat []

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.
  • Balika

    Wow, bravo pour cet article qui s’appuie sur les articles de abolitionduveganisme.blogspot.fr !

    La société a toujours évolué grâce à une minorité qui a porté publiquement des revendications claires au niveau politique et médiatique. C’est comme ça que ça marche. La conversion de proche en proche et les petits débats privés ne permettent au mieux qu’installer un climat plus favorable.

    Les grosses manifestations comme “la marche pour la fermeture des abattoirs” qui ont lieu un peu partout dans le monde (par exemple, ce 10 juin 2017 à Paris) et relayées dans certains média donnent une visibilité à la cause. Bravo aux associations organisatrices et à tous les militant(e)s d’un jour qui ont oeuvré pour défendre les animaux.

    Abolissons la viande, le cuir, la fourrure, fermons les abattoirs, interdisons les cirques, les zoos, les delphinariums !

  • Pingback: 5 astuces pour militer sans fatigue ! – Vegactu()

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer