Qui est Édouard Philippe, notre nouveau Premier ministre ?

Emmanuel Macron a nommé ce lundi Édouard Philippe, membre du parti Les Républicains, Premier ministre.

Un chiffre résume les positions de l’homme en ce qui concerne la cause animale : 0,9. Telle est sa note, sur 20, d’après l’observatoire Politique & animaux (animé par L214), qui rend compte de l’action des personnalités politiques en lien avec la question animale.

Extrait du site de Politique et animaux

Pourquoi un tel score ?

Retrouvez sur le site de Politique et animaux les détails des prises de position d’Édouard Philippe.

Aucune n’a eu lieu à l’Assemblée nationale : député depuis 2012, il est l’un des députés les moins actifs, tant en ce qui concerne ses interventions en séance que ses propositions de loi, ses questions orales et écrites, et bien sûr sa présence en commission1.

Il fait donc bien entendu partie des 94% de députés qui n’ont pas jugé utile de se déplacer dans l’hémicycle lors des débats et de la mise au vote de la loi Falorni, seule proposition de loi en 5 ans de législature ayant pour objet la souffrance animale à être inscrite à l’ordre du jour2.

Malgré son cumul de mandats politiques (maire du Havre, député, porte-parole d’Alain Juppé…), ses prises de positions ne sont donc pas politiques mais consistent en implications locales, pour promouvoir activement les cirques avec animaux sauvages : Le Havre accueille régulièrement les cirques Pinder et Medrano, ainsi que le Grand cirque de Noël (fauves, tigres sibériens, éléphants…)

Sa nomination à la tête du gouvernement est donc de très mauvaise augure pour les droits des animaux.

Un Premier ministre issu du secteur nucléaire

Brièvement ministre de l’écologie sous le gouvernement Juppé, Edouard Philippe s’est ensuite dirigé vers le secteur privé : il a été nommé directeur des affaires publiques et chargé des relations avec les élus (traduisez : du lobbying) au sein du groupe Areva, principalement actif dans le secteur nucléaire.

Selon Charlie Hebdo (qui l’explique dans un article en 2009), l’une des missions d’Edouard Philippe chez Areva semble avoir consisté à rassurer les députés dans le “dossier de l’uranium nigérian” : à l’époque, Areva exploite des gisements d’uranium au Niger et essuie des critiques quant aux conditions de travail insuffisantes de ses employés sur place ; Edouard Philippe aurait alors endossé le rôle d’entremetteur pour rassurer les députés français1.

Sans surprise, il avait voté contre la loi du 11 octobre 2013 relative à la transparence de la vie publique, destinée à lutter contre les conflits d’intérêts, et contre la proposition de loi de création d’une agence anticorruption

Sans surprise non plus, en 2015 Edouard Philippe a voté contre le projet de loi environnementale qui tenait lieu de prémice à la Cop 213.

Si vous vous souciez de l’environnement, vous trouviez déjà probablement le programme d’Emmanuel Macron inquiétant4. La nomination de son Premier ministre, rejeton de la filière nucléaire, enfonce le clou.

Quel que soit notre nouveau ministre de l’environnement, restons vigilants.

Un habitué du manque de transparence

Quiconque chercherait à trouver des mérites à Edouard Philippe serait bien en peine de dénicher un détail prometteur. On s’apercevra par contre qu’il a reçu un blâme de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique. Peu étonnant : il y a trois ans, dans sa déclaration de patrimoine, il a renseigné les champs concernant la valeur de son appartement à Paris, de sa propriété en Indre-et-Loire et de ses parts dans une résidence en Seine-Maritime en inscrivant simplement « aucune idée ».

Là où il fallait indique sa rémunération, on lit : « je ne suis pas certain de comprendre la question ».

Les associations féministes inquiètes

Si la nomination d’Edouard Philippe ne rassure pas les (vrais) écologistes, il ne rassure pas non plus les féministes : remarquons entre autres qu’il s’était abstenu sur la loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, et a voté contre la proposition de loi renforçant la lutte contre la prostitution5.

Objectif législatives

Si nous élargissons, une fois n’est pas coutume, l’analyse d’un homme politique au-delà de la sphère de la cause animale, c’est aussi pour vous inciter à vous rendre nombreux aux urnes lors des législatives de juin. Ne laissez pas les pro-nucléaires, les anti-bien-être animal et les opposants à l’égalité entre les sexes obtenir la majorité dont ils ont besoin pour gouverner.

Mobilisons-nous, cela compte.

Précisions :

  1. RT en français – Les casseroles d’Edouard Philippe [] []
  2. Politique et animaux – Souffrance des animaux dans les abattoirs : ces députés ne sont pas venus prendre part aux votes []
  3. LCL – CE QU’EDOUARD PHILIPPE A VOTÉ OU PAS QUAND IL ÉTAIT DÉPUTÉ []
  4. Vegactu – Réponse à la tribune appelant à voter Macron []
  5. Libération – Edouard Philippe à Matignon: des associations féministes inquiètes []

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore la littérature et la bande dessinée. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer