Qui est François de Rugy, notre nouveau ministre de l’écologie ?

Après le fiasco Hulot, Emmanuel Macron a nommé le président de l’Assemblée nationale, François de Rugy, au ministère de l’Ecologie.
L’observatoire Politique & animaux (piloté par L214), qui rend compte de l’action des personnalités politiques en lien avec la question animale, lui avait précédemment attribué une note de 17,2/20, assortie de la mention “penche pour les animaux”. Encourageant, surtout si l’on compare à la note de Nicolas Hulot (8,4/20 à la fin de son mandat). Cependant, la méfiance nous semble de mise, pour plusieurs raisons très simples.

Une personnalité politique désormais muette sur la question animale

Qu’est-il arrivé à François de Rugy ? Après s’être exprimé contre la chasse à la glu1, pour la fermeture des abattoirs condamnés pour mauvais traitements2, ou encore pour l’instauration d’un défenseur indépendant des droits des animaux3, l’homme semble en 2016 avoir complètement cessé de s’exprimer, en paroles ou en actes, sur la condition animale4.

Que s’est-il passé après 2016 ? Sans nous perdre en conjectures, constatons qu’avant 2016, de Rugy a été par deux fois co-président du groupe écologiste de l’Assemblée nationale, qu’en 2016, il a rejoint le groupe socialiste… et en 2017 le groupe La République en marche.
Voilà qui, objectivement, présage mal de sa volonté pro-environnementale au sein de ce même groupe.

François de Rugy estimait pourtant, pendant la campagne présidentielle de 2017, qu’Emmanuel Macron “ne [parlait] pas d’écologie”5. “Je ne sais pas quel est son programme écologique, avait-il estimé lors d’une émission de télévision. Quand il était ministre de l’Économie, non seulement il n’allait pas dans le sens de l’écologie, mais il était plutôt sur l’ancien monde.” Un mois plus tard, en février 2017, il annonçait son ralliement au candidat Macron. Vous avez dit opportuniste ?

Une fois encore, nous ne lançons pas des hypothèses au hasard. Nous constatons simplement une temporalité très suggestive : à la mi-décembre 2016, l’observatoire Politique & animaux enregistre la dernière prise de position de François de Rugy en faveur des animaux. En février 2017, ce dernier rejoint les rangs de la République en marche. Comment raisonnablement imaginer que, nommé au ministère de l’Ecologie par Emmanuel Macron, de Rugy se remette à s’exprimer sur la nécessité d’agir pour les animaux ?

Sous sa présidence, les lois sur le bien-être animal toutes refusées à l’Assemblée nationale

Rappelons que de Rugy quitte, pour le ministère de l’Ecologie, la présidence de l’Assemblée nationale, qu’il occupait depuis juin 2017. Il est intéressant de savoir que c’est sous sa tutelle que le projet de loi issu des Etats généraux de l’alimentation a été en discussion à l’Assemblée nationale, en mai dernier. Ce texte, bien que dépourvu d’ambition, proposait quelques timides avancées en faveur des animaux. Or, absolument toutes les mesures en faveur des animaux ont été rejetées.
L’interdiction partielle des œufs de poules en cage n’a même pas été retenue, alors que c’était une promesse de campagne du candidat Macron6, renouvelée à Rungis en octobre 2017 en tant que président de la République7.

Selon L214,

Interdiction de l’élevage en cage des poules pondeuses, de la castration à vif des porcelets, du broyage des poussins, instauration du contrôle vidéo obligatoire dans les abattoirs ou végétalisation de l’alimentation… aucune de ces propositions n’a été retenue. Les députés ont ainsi donné raison aux lobbies de l’élevage intensif, mettant en lumière leur influence dans les orientations du projet de loi.

Sur Twitter, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, a d’ailleurs reconnu qu’il ne prenait pas de décision sans l’approbation de la filière avicole. Une confession choquante pour un ministre.

CNPO : Comité National pour la Promotion de l’Œuf
(tweet effacé quelques heures après sa dénonciation par L214)

Quelle responsabilité porte François de Rugy dans ces votes d’un autre âge ?
Quatrième personnage de l’État, le Président de l’Assemblée nationale joue un rôle essentiel dans la vie politique française : il a en particulier un rôle primordial en matière d’organisation du travail parlementaire et de direction des débats en séance publique. Il se doit d’être le garant du bon fonctionnement de l’Assemblée. De fait, de Rugy doit donc au minimum assumer la responsabilité d’avoir permis que le fonctionnement de cette haute institution soit entravé, voire entièrement contrôlé, par les lobbies de l’élevage intensif8.

Les chasseurs se félicitent de la nomination de François de Rugy

Les chasseurs ne s’y sont pas trompés : dans un communiqué de presse, ils ont exprimé leur “satisfaction” à le voir prendre la tête du ministère de la « Transition écoligique » (sic)9.
Ils ajoutent :

C’est aussi avec une grande satisfaction que nous avons appris le maintien à sa fonction de secrétaire d’Etat de Sébastien Lecornu.

Ce second détail étant également de très mauvaise augure pour les animaux. Sébastien Lecornu porte en effet le projet de refonte de la chasse voulu par Emmanuel Macron : division par deux du prix du permis de chasse, augmentation du nombre d’espèces chassables, augmentation des quotas, autorisation de la chasse à la glu…

En résumé

Pour paraphraser Antonio Gramsci, notre volonté est optimiste mais notre esprit reste pessimiste. En d’autres termes, nous pensons très objectivement que peu ou pas de mesures favorables aux animaux ne sortiront du mandat Rugy… mais nous espérons fortement nous tromper. Ségolène Royal, après trois années calamiteuses à l’hôtel de Roquelaure, avait su nous étonner par quelques mesures de dernière minute très favorables à la cause animale1011. Nous espérons, sans trop y croire, un retournement de situation similaire.

Précisions :

  1. Politique & animaux – Amendements N°806 et 927 visant à abolir la chasse à la glu []
  2. Politique & animaux – François de Rugy souhaite des mesures de fermeture administrative des abattoirs où auraient été constatées des actes de maltraitance récurrents []
  3. Politique & animaux – François de Rugy souhaite mettre en conformité la France avec la directive européenne “oiseaux” []
  4. Politique et animaux – François de Rugy []
  5. Europe 1 – Quand François de Rugy estimait que Macron “ne parlait pas d’écologie” []
  6. Youtube – #PandaLive | Emmanuel Macron est l’invité du WWF</a []
  7. Politique & animaux – Le Président de la République souhaite interdire la vente aux consommateurs d’œufs de poules élevées en cage et engager l’État à accompagner la restructuration de la filière []
  8. L214 – Loi Alimentation : l’Assemblée nationale sous influence des lobbies de l’élevage intensif []
  9. Reporterre – Les chasseurs se félicitent de la nomination de François de Rugy []
  10. Vegactu – La dernière mesure de Ségolène Royal met à mort les Marineland []
  11. …aussitôt annulées par le Conseil d’état, et que Nicolas Hulot n’avait pas réhabilitées, malgré les demandes pressantes et répétées de PETA, voir notre article à ce sujet []

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !