SadClown : “Ce monde est rongé par notre présence / Quand arrêterons-nous d’infliger tant de souffrance ?”

Sadclown, par Ookami

Un artiste prend peu à peu sa place dans le monde de la chanson française engagée : Sadclown.

Il sait trouver les bons mots à mettre sur nos émotions de véganes, les bons mots pour défendre nos semblables les animaux. Ses textes nous ont réellement émus.

Sadclown a voix calme, posée, intense, qui nous a séduits. Longue carrière à lui, dans la musique et dans la défense animale.

Voici deux de ses clips, accompagnés de leurs magnifiques textes aimablement retranscrits au-dessous par Mathilde : merci à elle !

Animal

Ton passage sur Terre commence à se faire ressentir
Plus tu évolues et plus tu fais subir
Tu les écrases pas à pas, sans te demander pourquoi
Les conséquences de tes actes, ça ne te parle pas
J’ai du mal à comprendre comment tu peux être aussi ingrat
Si tu as une conscience qui te pousse à faire tout ça
Ils font tourner le monde, mets toi bien ça dans le crâne
Et que sans eux tu ne serais pas là

Je veux que tu prennes conscience qu’il en reste de moins en moins
Que bientôt ce sera la fin si on n’en prend pas soin
Ce n’est pas une nouvelle on en parle tous les jours
Le monde court à sa perte si on le traite pas avec amour
Mais ça apparemment tu n’enregistres pas
Chaque espèce a un rôle à jouer mais tu ne penses qu’à toi
Tu les massacres par millier sans te poser de question
La chute sera terrible prend garde à tes actions

Peux-tu sauver ma vie ? Peux-tu sauver mon âme ?
J’exige le droit de vivre loin de ta lame
Tu es face à ton avenir, et les choses empirent
Tu es né pour détruire ceux qui t’ont accueilli

Je veux pas t’affoler mais il nous reste peu de temps à vivre
Leur extinction marquera la fin de tout avenir
Si tu n’as pas encore pris conscience de notre prochain futur
Je t’invite à te renseigner auprès de Dame Nature
On se permet de les massacrer – on les enferme dans des cages
On se fait payer pour les tuer – on les frappe sans état d’âme
On attend qu’il en reste peu pour les protéger
On en tire le meilleur profit sans jamais le regretter
L’avenir – nous n’en avons plus aucun
L’argent nous a séparés – et sali les mains
Pour nous ce ne sont que des produits de consommation
Pas de place aux sentiments quand il s’agit de pognon

Peux-tu sauver ma vie ? Peux-tu sauver mon âme ?
J’exige le droit de vivre loin de ta lame
Tu es face à ton avenir, et les choses empirent
Tu es né pour détruire ceux qui t’ont accueilli
Peux-tu sauver ma vie ? Peux-tu sauver mon âme ?
J’exige le droit de vivre loin de ta lame
Tu es face à ton avenir, et les choses empirent
Tu es né pour détruire ceux qui t’ont accueilli

J’ai du mal à croire en ce que tu peux faire
Ces atrocités que tu commets chaque jour sur notre Terre
Tu as cette fameuse tendance d’abuser des êtres faibles
N’oublies pas que tu n’es pas seul à vivre, et qu’ils doivent survivre

***

Ce monde-là

Aussi longtemps que je me souvienne
On a toujours fonctionné de cette façon
On a essayé de lutter contre l’inégalité
Mais rien n’a changé depuis des générations
Chaque jour l’Homme creuse davantage ce fossé
Ne pensant qu’à lui, il met les autres de côté
C’est cette mentalité qui crée les différences
Qui alimente l’envie des autres ; et leur démence

Aux quatre coins du Monde des enfants meurent de faim
Tandis que d’autres s’engraissent sans en avoir besoin
Je ne comprends pas pourquoi dans certains pays
Les gens ne sont pas soignés contre la maladie
Les Hommes se font la guerre depuis tellement longtemps
Qu’ils ne ressentent rien, lorsqu’ils massacrent des innocents
Ce monde est rongé par notre présence
Quand arrêterons-nous d’infliger tant de souffrance ?

A ce monde qui saigne, où l’injustice règne
La famine, la guerre, et toutes autres misères
Ce monde-là, qui ne vit que pour soit
Qui ne fait rien de bon, si ça ne rapporte pas
A ces hommes et femmes se battant pour manger
Luttant pour survivre et se faire accepter
L’éternel refrain ne s’arrêtera pas
On peut tout essayer, rien ne changera

~ A ce monde là (x 2) ~

On se dit « civilisé »
Mais l’on n’est pas capable de s’occuper des nôtres
On se croit maître sur Terre
Alors qu’on est qu’une espèce parmi tant d’autres
On impose des règles
Mais on ne fait rien de bon depuis des générations
On se donne le droit de polluer
Sans prendre conscience des risques que nous prenons
On empiète sur la nature pour construire des maisons
On dérègle l’écosystème sans porter de réflexion
On se met à déraciner de plus en plus de forêts
Alors que ce sont elles qui nous permettent de respirer
On massacre de plus en plus d’animaux
On ne respecte pas ce qu’on a de plus beau
Nous sommes des éternels consommateurs
C’est ce qui nous conduira à notre perte – j’en ai bien peur

A ce monde qui saigne, où l’injustice règne
La famine, la guerre, et toutes autres misères
Ce monde-là, qui ne vit que pour soi
Qui ne fait rien de bon, si ça ne rapporte pas
A ces hommes et femmes se battant pour manger
Luttant pour survivre et se faire accepter
L’éternel refrain ne s’arrêtera pas
On peut tout essayer, rien ne changera

A ce monde en peine, où gît vice et haine
L’avenir de la Terre dépend de ce qu’on va faire
A ce monde-là, où plus rien ne va
Notre vie tourne en rond sans jamais nous laisser le choix
A ces hommes et femmes qui ne peuvent plus manger
Car c’est leur porte-monnaie qui permet d’exister
L’éternel refrain ne s’arrêtera pas
On peut tout essayer, mais rien ne changera

A ce monde-là
Qui ne fait rien de bon si ça ne rapporte pas
A ce monde-là
Qui ne fait rien de bon, et ça ne changera pas
A ce monde-là
Qui ne fait rien de bon si ça ne rapporte pas
A ce monde-là
Qui ne fait rien de bon, et ça ne changera pas

>> La chaîne Youtube de Sadclown (n’hésitez pas à vous abonner !)

>> Sa page Facebook

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !