Soupe de nouille udon et pesto de mizuna, par Marie Laforêt

Marie Laforêt est connu pour ses photos de recettes à couper le souffle et son blog 100-vegetal.com où elle partage ses découvertes et créations culinaires : une valeur sûre, on vous le recommande !

Marie, depuis quand et pourquoi es-tu devenue vegan ?

Je suis devenue vegan en 2009, j’étais alors végétarienne, et j’ai pris conscience de l’incohérence que représente le fait de refuser de manger de la viande ou du poisson, mais de continuer à consommer des produits laitiers ou des oeufs.

Je suis alors passée par cette fameuse phase de transition que de nombreux vegan connaissent, pendant laquelle je me suis beaucoup renseignée sur l’exploitation animale, lu, regardé ou écouté beaucoup de choses (Earthlings notamment et le génial podcast “Food for Thougt” de Colleen Patrick-Goudreau) et j’ai commencé à cuisiner vegan, à remplacer ce qui n’était pas vegan chez moi et puis très rapidement je me suis rendue compte que ça n’était pas si compliqué. Je suis devenue vegan pour les animaux, mais je me suis aussi rendue compte que ce mode de vie était aussi meilleur pour ma santé et pour la planète.

Que fais-tu dans la vie, essayes-tu de vivre du véganisme ?

Je suis photographe et également auteur culinaire. Aujourd’hui la majeure partie de mon travail est liée à la cuisine vegan, mais ne dirai pas que j’essaye de vivre “du” véganisme, plutôt que j’essaye de faire coïncider mon travail avec mes valeurs et également d’utiliser mon travail pour participer à les promouvoir. Je me suis rendue compte en devant vegan que je n’avais pas envie de faire des photos pour des vêtements en matière animale ou pour des cosmétiques testés sur les animaux. Et c’est grâce à mon blog et aux éditeurs engagés qui m’ont sollicité il y a quelques années et fait confiance que j’ai pu orienter mon activité professionnelle vers quelque chose qui correspond à ce que je veux défendre comme mode de vie et comme idéal de société. Ce qui m’intéresse, c’est de rendre la cuisine vegan moins confidentielle, de la rendre attractive. Je suis persuadée que lorsque les gens se rendent compte à quel point manger vegan est simple et délicieux, le message global passe beaucoup mieux. Si on se régale et qu’on sait qu’on est bien nourri, alors changer notre alimentation puis nos autres habitudes de consommation ne sont plus si effrayants.

Pourquoi cette recette ?

Cette recette rassemble ce que j’aime vraiment dans la cuisine. Elle fait se rencontrer mes deux cuisines préférées : la cuisine japonaise et la cuisine italienne, qui partagent certains points communs : elles ne sont pas prétentieuses, elles utilisent des ingrédients simples, frais, de saison et locaux, les recettes sont généralement assez simples, mais pourtant très subtiles avec des associations de saveurs qui fonctionnent à coups sûr. C’est une recette de printemps, qui est ma saison préférée, où l’on voit réapparaître les légumes nouveaux que j’adore, et où tout autour de nous redevient vert et fleuri. Elle m’a été inspirée par une botte de mizuna, trouvée sur mon marché bio, une variété de moutarde japonaise, que l’on consomme en salade comme des jeunes pousses ou cuite comme des épinards ou des blettes. Cette recette n’est pas forcément une des plus populaires de mon blog (comment lutter contre un burger ou de jolis gâteaux !) mais je crois qu’elle me ressemble vraiment. C’est une excellente base pour faire des pestos avec n’importe quelles feuilles vertes (épinards, fanes de radis, roquette, herbes fraîches…) et en y ajoutant quelques dés de tofu poêlé on a un plat complet très simple, délicieux et nourrissant.

Soupe de nouille udon et pesto de mizuna

par Marie Laforêt

recette udon marie laforet

Ingrédients

pour 2 personnes

Pesto

50 g de mizuna
50 g de noix de cajou
50 ml d’huile d’olive
1/2 c à c de sel marin
1 c à c de jus de citron frais
1/2 gousse d’ail

Soupe

1 c à s de shiro miso
1/2 c à s de miso d’orge
1 petit poireau
1 c à s de Salade du pêcheur (algues en paillettes, Lima)
poivre, tamari
500 ml d’eau
300g de nouilles udon cuites

Instructions

• Préparer le pesto : Laver la mizuna et couper la partie centrale des grosses feuilles si besoin.
Hacher la mizuna grossièrement et la mettre dans le bol du mixeur plongeant avec les cajous, l’ail et l’huile d’olive.
Mixer. jusqu’à obtenir un pesto granuleux et légèrement crémeux. Ajouter le sel et le jus de citron et mixer à nouveau.

• Cuire les nouilles udon selon les instructions du paquet (environ 1/2 paquet d’udon pour deux), les égoutter et les plonger dans un saladier d’eau froide.

• Préparer la soupe : faites bouillir l’eau, dans une grande casserole verser le miso, et verser un peu d’eau bouillante pour le délayer,
ajouter le reste de l’eau et porter à feu moyen. Ajouter les algues. Découper un petit poireau en fines lamelles et l’ajouter à la soupe, laisser cuire 5 minutes puis ajouter les nouilles, porter à feu vif le temps que les nouilles soient chaudes.

• Assaisonner à votre convenance avec le tamari. Servir accompagné d’un pot de pesto ou directement surmonté d’une cuillère de pesto.

Merci à Marie Laforêt pour sa gentillesse, pour ses réponses, et pour sa recette qui met l’eau à la bouche. Retrouvez-la sur son blog 100-vegetal.com ou sur sa page facebook.

A propos de Nicolaï Van Lennepkade

Nicolaï Van Lennepkade
Vegan, marathonien en 2009 (ça commence à dater...), je pourrais passer ma vie à écouter de la musique. Professionnellement, je suis actuellement doctorant à Toulouse spécialisé dans le traitement des images satellites pour la reconnaissance des essences forestières.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !