Strasbourg : 450 manifestants demandent la fermeture du centre des 1600 singes de Niederhausbergen

Des centaines de voix se sont élevées hier après-midi dans les rues de Strasbourg pour réclamer l’annulation du doublement de la capacité de détention ainsi que la fermeture pure et simple du centre de primatologie de Niederhausbergen dont l’activité principale consiste à importer puis à revendre des primates vers des laboratoires, dans lesquels ils subissent des tortures et, pour la plupart, meurent.

Le mouvement initié par le comité scientifique Pro Anima et l’association de défense des animaux Animalsace est fort du soutien exprimé par les 61 000 signataires de notre pétition ainsi que par plusieurs députés nationaux ou européens, et ce alors qu’au même moment, l’Initiative Citoyenne Européenne (ICE) Stop Vivisection est parvenue à recueillir l’engagement de 1,2 millions de citoyens européens.

Animalsace constate que l’extrême cruauté des expériences infligées aux animaux ainsi que leur inutilité scientifique criante révoltent une partie croissante de la population.

Ces derniers mois en Argentine et dans l’État de New York, des singes se sont vus reconnaître par des juges des droits fondamentaux réservés jusqu’à présent aux seuls humains. En France, les animaux sont désormais reconnus par la loi comme des êtres sensibles. La décision d’extension du centre de primatologie de Niederhausbergen va à l’encontre de ces progrès.

Pro Anima et Animalsace seront reçues jeudi 21 mai à la préfecture du Bas-Rhin et remettront leur pétition.

L’expérimentation sur les primates est inefficace

Cette cruauté n’a même pas l’excuse d’être bénéfique pour l’homme. En effet, le modèle animal n’est tout simplement pas transposable à l’homme. À ce jour, bien qu’au moins 85 vaccins pour le VIH aient été validés sur des primates non-humains, absolument aucun ne fonctionne sur l’homme1 . 99,6 % des essais cliniques pour un traitement de la maladie d’Alzheimer ont échoué entre 2002 et 2012 !2

Selon la Food and Drug Administration (FDA, Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux), 90 % des médicaments validés sur les animaux échouent sur l’homme3 . Loin d’être utile à l’espèce humaine, l’expérimentation sur les animaux est avant tout un commerce qui enrichit ceux qui y prennent part, comme le centre de primatologie de Nierderhausbergen.

Des méthodes alternatives existent déjà : modèles cellulaires (in vitro), modèles biomathématique (in silico), cellules souches, organes bioartificiels etc. Elles peuvent déjà remplacer le modèle animal.

Il revient aux pouvoirs publics, d’orienter la recherche dans cette direction plutôt que vers l’impasse scientifique que constitue l’expérimentation animale.

Communiqué d’Animalasace

  1. Jarrod Bailey, “An Assessment of the Role of Chimpanzees in AIDS Vaccine Research,” Alternatives to Laboratory Animals 36 (2008): 381-428 []
  2. Jeffrey L Cummings, Travis Morstorf and Kate Zhong, “Alzheimer’s disease drug-development pipeline: few candidates, frequent failures”, Alzheimer’s Research & Therapy 6:37 (2014) http://alzres.com/content/6/4/37 []
  3. http://www.fda.gov/NewsEvents/Newsroom/PressAnnouncements/2006/ucm108576.htm []

A propos de Nicolaï Van Lennepkade

Nicolaï Van Lennepkade
Vegan, marathonien en 2009 (ça commence à dater...), je pourrais passer ma vie à écouter de la musique. Professionnellement, je suis actuellement doctorant à Toulouse spécialisé dans le traitement des images satellites pour la reconnaissance des essences forestières.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !