Trafic de viande de cheval en France

Ce lundi, la gendarmerie a mené une vaste opération sur un trafic de viande de cheval illégale dans 11 départements du sud de la France.

Selon la chaîne M6, de 2010 à 2012, près de 200 chevaux, des cobayes du laboratoire Sanofi Pasteur qui ont servi à des tests médicamenteux et à des tests de vaccins, auraient été vendus dans des boucheries du grand Sud de la France. Ce serait également le cas en Espagne où un abattoir est en cours de perquisition, près de Gérone1 .

Acheté 10€ à Sanofi, revendu jusqu’à 300€ à un boucher

Un marchand de chevaux aurait ainsi acheté 200 chevaux cobayes au groupe pharmaceutique, au prix de 10 euros la pièce entre 2010 et 2012. Cet intermédiaire les revendait ensuite entre 200 et 300 euros la bête au boucher grossiste de Narbonne. Une belle marge donc de 3000% pour cet escroc qui, en 24 mois, aurait ainsi récolté près de 50.000 euros pour la revente de ces cobayes.

Une source proche des investigations déclare :

On avait le cheval du particulier en centre équestre par exemple, qui devait finir sa vie paisiblement dans un pré et qui la termine à l’abattoir alors qu’il a reçu des traitements médicamenteux le rendant impropre à la consommation, et puis on avait le cheval de laboratoire, avec deux cas de figure. Soit il servait à des prises de sang pour la fabrication de vaccins; soit il était cobaye dans la recherche.

Que dire de plus que malgré toutes les soit-disant réglementations il y a de plus en plus de scandales autour de la viande ? Pour l’instant on n’a déplore toujours aucun trafic de carotte ou de soja de laboratoire.

  1. http://news.fr.msn.com/m6-actualite/france/exclusif-des-chevaux-cobayes-de-laboratoires-vendus-en-boucherie []

A propos de Nicolaï Van Lennepkade

Nicolaï Van Lennepkade
Vegan, marathonien en 2009 (ça commence à dater...), je pourrais passer ma vie à écouter de la musique. Professionnellement, je suis actuellement doctorant à Toulouse spécialisé dans le traitement des images satellites pour la reconnaissance des essences forestières.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !