Un guide explique comment torturer les animaux…

“Cruelty To Animals : A Handbook” va bientôt paraître. Cette BD serait soi-disant une “parodie de manuel technique présentant, sous forme de schémas explicatifs illustrés et détaillés, les manières d’infliger des mauvais traitements à différents types d’animaux, comme par exemple donner un coup de hache dans la jambe d’un éléphant.

La cruauté envers les animaux a-t-elle vraiment besoin d’être enseignée, a-t-elle vraiment besoin de publicité ?

A ceux qui me diraient que “oh ça va, c’est juste de l’humour”, je répondrais qu’il y  a de l’humour de TRÈS mauvais goût (l’affaire Dieudonné en est le plus récent exemple), mais aussi que j’aimerais bien savoir dans quel univers “donner un coup de hache dans la jambe d’un éléphant” est un trait d’humour, même pour un psychopathe.

Voici un échantillon de cet étron, mal dessiné selon Planète BD (qui parle de “bichromie verte moche”) :

  • Albatros : Pour bien clouer les ailes d’un albatros sur une croix, vous aurez besoin de : x2 personnes, x2 planches, x1 marteaux, x4 clous, x1 pelle, x1 rouleau de scotch, x2 escabeaux.
  • Fourmis : afin de faire cuire des fourmis au micro-onde, vous aurez besoin de : x1 micro-onde, x1 cuillère, x1 petit tas de sucre.

Hilarant, n’est-ce pas ? Mes élèves (grande section de maternelle) sont plus drôles et inventifs. Pour mettre ces perles à la portée du plus grand nombre d’êtres humains, les explications sont toutes traduites en anglais, espagnol, allemand, chinois et russe.

Cruelty

Couper les palmes d’un ornithorynque, jouer au bowling sur des pingouins, tondre un hérisson… C’est idiot, vain et cela flatte et encourage la cruauté humaine, qui n’en a guère besoin (elle tourne déjà à plein régime à peu près partout dans le monde).

Mais lorsqu’on en arrive à la brillante idée de “faire un smash de tennis avec un poussin” ou d’ “asphyxier un canari », on brûle d’envie de rappeler à l’auteur qu’hélas, ses trouvailles ne sont que des pâles copies de la réalité : aujourd’hui, dans les usines de poules pondeuses, des millions de poussins mâles sont chaque jour gazés ou broyés à la naissance.
Voilà pourquoi nous sommes végétaliens.

Voici une vidéo éloquente, à montrer d’urgence à Vivien Lejeune Durhin, l’auteur de cette horreur (mal) dessinée :

Vous pouvez contacter la maison d’édition, Les Requins Marteaux, pour leur exprimer votre profond mécontentement, à ces adresses :

  • editorial.requins@gmail.com ;
  • elsa@lesrequinsmarteaux.com ;
  • charlotte@lesrequinsmarteaux.com

(Ce ne sont pas des adresses destinées au public ou aux lecteurs, mais aux professionnels, cependant aucune adresse n’est disponible pour les particuliers, il faudra donc nous contenter de celles-ci…)

Ou encore par téléphone au 01.45.15.19.70.
Ou sur leur facebook.
N’hésitez pas à les harceler.

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.