Une conférence pour recréer des espèces disparues

Des scientifiques se sont récemment réunis à Washington DC pour participer à  une conférence parrainée par le National Geographic afin de discuter de la possibilités de redonner vie à des espèces aujourd’hui éteintes.

Cette information vous rappelle irrésistiblement “Jurassic Park” ? Hélas, l’ADN a une durée de vie théorique de 100 000 ans.

Cette fois, parmi les espèces disparues qui pourraient un jour repeupler la Terre, les scientifiques ont sélectionné 24 espèces emblématiques.

La sélection s’est faite selon trois critères :

  • La désirabilité (le spécimen en question présente-t-il une fonction écologique intéressante, est-il apprécié par les humains ?)
  • La faisabilité (les échantillons récoltés sur son ADN sont-ils exploitables ?)
  • La capacité de réadaptation (pourra-t-il être introduit dans un habitat naturel ?)

dodoEn tête du classement on trouve le célèbre dodo (éteint depuis la fin du XVIIe siècle), le tigre à dents de sabre (disparu depuis 11.000 ans), le mammouth laineux (totalement disparu il y a 4.000 ans),  la conure de Caroline, une espèce de perroquets des Etats-Unis dont le dernier spécimen est mort en 1918) ou encore le quagga, une sous-espèce de zèbre des plaines originaire d’Afrique du Sud dont le dernier individu est mort en captivité en 1883.

Ont-ils évoqué le tigre de Tasmanie, récemment déclaré disparu ? Mystère.

Un protocole scientifique pas tout-à-fait au point

Pour l’heure, les méthodes utilisées pour ramener ces espèces à la vie sont encore en cours d’étude. Le protocole consiste à prélever des échantillons d’ADN anciens et de reconstituer un génome complet, ensuite intégré dans des cellules embryonnaires. La semaine dernière, une équipe de chercheurs australiens ont annoncé avoir mis au point de cette façon un embryon vivant d’une espèce de grenouille disparue depuis des décennies.

Capra pyrenaicaSelon le National Geographic, des chercheurs français et espagnols auraient même fait mieux il y a tout juste dix ans, en 2003 : ils auraient réussi à ressusciter le bouquetin des Pyrénées, une sous-espèce de bouquetin ibérique officiellement déclarée éteinte en 2000. Néanmoins, le spécimen n’aura pas survécu bien longtemps. Seule réussite sur 57 implantations d’embryons et 7 grossesses, le petit bouquetin est mort après seulement dix minutes d’existence. Dès sa naissance, les chercheurs ont constaté qu’il avait notamment du mal à respirer, ce qui lui a été fatal.

Si des avancées sont réalisées, la création d’un véritable spécimen en bonne santé appartenant à une espèce disparue n’est pas encore pour demain.

Un projet qui soulève un débat éthique

N’oublions pas que dans la grande majorité des cas l’homme est responsable de l’extinction de ces espèces. 
De plus, la liste des espèces menacées ne cesse de s’allonger d’année en année. Certains pensent qu’il serait préférable de concentrer les efforts sur les espèces encore existantes mais sur le point de disparaître.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Edit : voici l’article très complet écrit par un lecteur à propos des techniques actuelles de clonage, et de la probabilité scientifique de parvenir à ramener l’une de ces espèces à la vie.

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore la littérature et la bande dessinée. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.
  • Muriel G

    Je pense en effet que l’urgence est de stopper la mauvaise influence de l’homme sur la planète. Des espèces continuent de disparaître en ce moment même ! Mais quand nous aurons réussi à créer un “monde meilleur” où tous les êtres vivants vivront en harmonie (c’est pas pour demain, mais rêvons un peu), pourquoi pas, à ce moment là, essayer de “réparer” certains dégâts, notamment en redonnant vie à des espèces exterminées par l’homme d’autrefois…

    • liligondawa

      Oui, dans un second temps… et dans un monde utopique hélas.

  • HardBass

    Si c’est pour les manger une fois recréer ..

  • Veggi Nours

    Salut,

    Au lieu de vouloir faire revivre des espèces disparues, ces scientifiques feraient de s’occuper à trouver comment protéger celles en voie de disparation ou d’extinction. “Science sans conscience n’est que ruine de l’âme” j’ajouterais “et malédiction pour tous les terriens.”

    • liligondawa

      J’approuve. Et j’ajouterais : mieux vaut prévenir que guérir (l’extinction des espèces).

  • Piiix

    Ce sujet m’interesse beaucoup. la technique du clonage n’est pas encore au point cependant. Meme quand il s’agit d’especes bien vivantes. Or une difficulté dans le cas d’espèces disaparues, c’est justement que ce materiel n’est pas accessible. Combien même la technologie le permettrait : il faut s’interresser au devenir et aux conditions de vie de l’espèce. Est il necessaire de le faire alors que des espèces bel et bien vivante sont en danger par exemple ^^

    Ressussister des espèces disparues pose donc a la fois des problemes techniques mais aussi ethiques. Voici un article que j’ai réalisé sur ce thème qui repond a certaine de ces questions ^^ avec un petit focus sur le mammouth http://mag.monchval.com/ramener-a-la-vie-les-especes-disparues/

    • liligondawa

      Il est très clair et donne des explications très détaillées, merci beaucoup. Je l’ai lu avec grand intérêt et l’ai rajouté dans notre article.

  • Pingback: Ces espèces animales victimes de l’Holocène. | Eucalyptus Eater()

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer