“Une oie dans la main”, un album pour enfants très végéphile

Une fois n’est pas coutume, je n’ai pas acheté cet album pour avoir suspecté avec espoir un propos antispéciste, mais bel et bien pour son esthétique : son auteur, Lucie Albon, a un univers pictural bien à elle qui me plaît en général beaucoup.

J’avais également trouvé le concept génial : tout le récit est peint sur les doigts et dans le creux des mains du modèle…

Oie albon

Ce fut une très bonne surprise : en plus d’être visuellement à couper le souffle, l’histoire est nettement végé-friendly. Sur un bateau cohabitent un capitaine, un matelot, un cuisinier et une oie. Ce dernier veut tordre le cou de l’oie et la faire rôtir pour le dîner. L’oie monnaye sa survie en proposant de cuisiner à sa place des petits légumes, puis du riz. Jamais les voyageurs ne se sont autant régalés !

C’est un petit album au format carré, facile à lire à des enfants à partir de 3 ans, pas très cher (6€10) et plein de poésie.

Les miniatures peintes à même la main puis photographiées sont superbes : le dessin intègre les ridules de la peau, les reliefs du corps ; le trait est vif et et expressif.

A la fin de l’album, l’auteur offre aux enfants un petit pas-à-pas leur permettant de se peindre aussi la main pour la transformer en oie et rejouer cette histoire… ou une autre.

>> “Une oie dans la main”, par Lucie Albon, chez Glénat

Lucie Albon
Lucie Albon

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !