Une publicité anti cruauté animale en Caroline du Nord pour contrer la loi ag-gag

Aux Etats-Unis la loi ag-gag qui vise à interdire de filmer et d’enquêter dans les fermes d’élevage et les abattoirs s’apprête à être votée en Caroline du Nord. L’Humane Society tente, dans un dernier espoir, de sensibiliser le public et surtout les législateurs à voter contre ce projet de loi.

C’est ainsi qu’une nouvelle publicité télévisée sera diffusée cette semaine pour avertir la population de Caroline Du Nord que la sécurité alimentaire et la protection des animaux sont en danger à cause d’une prise de pouvoir par la Chambre de Commerce de Caroline du Nord et des lobbies pro-viande.

La publicité invite les législateurs de l’Etat à bloquer un projet de loi (ag-gag) qui ferait un crime de l’investigation dans les fermes afin lutter pour la protection des animaux.

La campagne de publicité est le dernier effort fait par la Humane Society des États-Unis pour éviter l’application de la loi SB648, et pour demander la suppression du projet de loi “ag-gag”. La publicité montre des extraits de nombreuses enquêtes de dénonciation qui ont conduit à des condamnations pénales. Ces enquêtes importantes n’auraient pas été possible si la législation ag-gag (loi SB648) était en vigueur.

Kim Alboum, directeur de la Humane Society de Caroline du Nord, a déclaré :

Plutôt que d’essayer de prévenir la cruauté envers les animaux et les problèmes de sécurité alimentaire, ce projet de loi montre que la Chambre de Commerce de Caroline du Nord à l’intention de maintenir les Américains dans l’obscurité. Les enquêtes secrètes ont pour but dénoncer les abus qui resteraient autrement cachés derrière des portes de grange fermées.

Deux faits récents qui n’auraient pas été connus sans des enquêtes d’activistes :

  • L’an dernier, une enquête dans une usine de Butterball en Caroline du Nord a révélé des conditions insalubres et l’abus des animaux, y compris par les employés qui donnaient des coups de pied, piétinant et blessant les animaux. Elle a également montré beaucoup d’animaux avec des fractures et des plaies béantes couverts de mouches et d’asticots.
  • Une enquête en 2008 dans un abattoir en Californie a révélé que les animaux malades étaient abattus, entraînant le rappel de 140 millions de livres (soit 63 millions de kg) de viande avariée, dont plusieurs millions étaient réservés aux cantines scolaires.

A propos de Nicolaï Van Lennepkade

Nicolaï Van Lennepkade
Vegan, marathonien, grand fan de Morrissey, et actuellement doctorant à Toulouse spécialisé dans le traitement d'images satellites pour la reconnaissance des essences forestières.
  • Veggi Nours

    Et on continue d’appeler ça une démocratie !!! Pauvre monde, je plains les enfants et les générations futurs…

    • liligondawa

      Oui, je trouve hal-lu-ci-nan-te le dernier paragraphe de l’article de Nicolaï : la nouvelle loi va interdire des pratiques qui ont intercepté de la viande malsaine servie à des gamins dans les écoles…
      Qu’ils n’en aient rien à faire des animaux, c’est terrible, mais ils n’en ont rien à faire non plus de leur santé, et de leurs enfants ?!

  • Louise Fornage

    C’est une honte…

  • Orthographman

    “Aux Etats-Unis la loi ag-gag qui vise à interdire de filmer et d’enquêter dans les fermes d’élevage et les abattoirs s’apprête à être votéE”

    “La publicité invite les législateurs de l’Etat à bloquer un projet de loi (ag-gag) qui ferait un crime DE l’investigation”

    • Merci Orthographman ! J’avais publié à toute allure avant d’aller chercher la miss à l’école !

  • avey

    Cette loi ne fait pas que tolérer la maltraitance, en aidant à la cacher elle l’encourage en protégeant les coupables.
    Même si les animaux n’étaient pas concernés une loi de ce type est inadmissible, elle montre clairement que les gens ne doivent pas savoir dans quelles conditions sont obtenus des produits indispensables (pour une bonne partie de la population) puisqu’il s’agit d’aliments de base.

    • liligondawa

      Oui même si ça ne concernait pas les animaux il y aurait un problème : même si c’était les chaîne de montage dans les usines qui n’avaient tout à coup plus le droit d’être filmées, il y aurait un problème. Quand tu ne veux pas qu’on te voit, c’est que tu as quelque chose à cacher…

      Tu peux filmer la vie d’un grain de blé de sa “naissance” à l’assiette, ça ne susciterait aucun débat… Il y a des filières plus propres que d’autres.

  • Jessica

    Intolérable ! Ça me rend malade de vivre dans un monde pareil…

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer