Une vidéo émouvante contre l’huile de palme

Rainforest Action Network (RAN) est une organisation environnementale basée à San Francisco. En 1987, l’une de sas campagne a fait pression sur Burger King : l’enseigne a fini par annuler des contrats de 35 millions de dollars qui allaient détruire, en Amérique centrale, d’innombrables hectares de forêt afin d’y élever des bovins1.

ran-thumb

Aujourd’hui, l’ONG s’attaque à l’huile de palme, une substance qui génère des problèmes de santé chez ses consommateurs, soumet les ouvriers agricoles indonésiens ou malais à des conditions de travail déplorables, produit des gaz à effet de serre en quantité importante et menace grandement la survie des grands singes (pour en savoir plus, vous pouvez lire notre précédent article qui recense les 4 raisons de boycotter l’huile de palme).

Il est temps de sauver les grands singes

Les orangs-outans notamment sont délogés de leur habitat naturel (la forêt tropicale) par les compagnies productrices d’huile de palme, et sont en danger d’extinction.

C’est le sujet de la dernière campagne de Rainforest Action Network : une vidéo émouvante où l’organisation imagine une conversation (fictionnelle) entre une adorable adolescente sourde et un orang-outan du nom de Strawberry, tout aussi touchant.

Les deux primates dialoguent en langue des signes. Lorsque Strawberry, qui a brandi une banane, demande à la jeune fille ce qu’elle mange, elle lui montre en retour un pot de beurre de cacahuète. Sobrement, l’orang-outan commente : “Ta nourriture détruit mon habitat ».

Un spot bien ficelé, pour prendre conscience de l’impact de notre mode de consommation sur la nature et ses habitants. Un spot qui nous incite, plus concrètement, à retourner systématiquement les emballages des aliments que nous achetons, à lire les étiquettes, et à boycotter systématiquement l’huile de palme.

De l’huile de palme éthique, ça existe ?

Il existe de l’huile de palme soi-disant certifiée durable, selon un label nommé RSPO. Mais ce label est critiqué par beaucoup, car il est insuffisant, voire même hypocrite.

Label RSPO : de la tromperie
Label RSPO : de la tromperie

Voici l’avis de Patrick Rouxel à ce sujet2. Patrick Rouxel est le réalisateur du film-documentaire “Green”, pour lequel il est parti pendant plusieurs mois caméra à la main dans la jungle de Bornéo, seul et sans financement :

Il est évident que la majorité des membres de la RSPO ne contestent pas l’expansion des monocultures de palmiers à huile. Au contraire, ils cherchent activement à en dynamiser la production et la consommation. S’il est vrai que la RSPO cherche à améliorer le processus de production, il est tout aussi vrai que le modèle dans son ensemble, même avec ces améliorations continue d’être anti écologique.

Les sociétés membres de la RSPO opérant en Indonésie utilisent cette organisation pour donner de la crédibilité à leur façade écologique tout en détruisant les forêts tropicales en toute impunité.

(…) Le seul fait d’être membre de la RSPO n’est pas une preuve suffisante du respect de l’environnement par une entreprise.

Actuellement, les critères de la RSPO ne donnent que des lignes directrices vagues pour éviter l’assèchement des terrains marécageux. Il n’y a pas non plus de critères sur les émissions de gaz à effet de serre causées par la production d’huile de palme.

Vous pouvez diffuser la vidéo de Rainforest Action Network autour de vous pour sensibiliser votre entourage à cette problématique…

Précisions :

  1. http://nvdatabase.swarthmore.edu/content/us-activists-stop-burger-king-importing-rainforest-beef-1984-1987 []
  2. http://stophuiledepalme.doomby.com/pages/la-certification-rspo-roundtable-on-sustainable-palm-oil.html []

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !