Une visite interactive de la Tanzanie avec Jane Goodall : rencontrez Gaïa et sa famille de chimpanzés !

Google Earth propose en ce moment un voyage interactif dans la vie et l’oeuvre de Jane Goodall. L’institut de la grande primatologue explique avoir choisi d’utiliser cet outil parce qu’il représente “une façon novatrice de faire voyager nos donateurs potentiels vers les régions du monde dans lesquelles nous travaillons. Google Earth nous a fourni un support sur lequel nous pouvons illustrer des environnements en voie de disparition et les effets de la pauvreté, notamment la déforestation et l’agriculture non durable, le tout en un seul clic.

Partez en balade à Gombe, Tanzanie

Cette visite commentée est à nos yeux une réussite, une immersion dans la vie de ceux qui luttent pour la sauvegarde des chimpanzée de Gombe. Elle vous permettra de voyager aux quatre coins du monde en visualisant aussi bien la maison natale de Jane Goodall que le lieu de ses premières recherches au Kenya, ou encore les habitats des chimpanzés tanzaniens qu’elle y étudie depuis 1960 ; vous pourrez vous promener librement dans les forêts qu’ils occupent avec Google Street View (qu’il faudrait rebaptiser Google Forest View pour la circonstance). Le tout est enrichi de vidéos présentant la vie de Gaïa la maman chimpanzé, le témoignage d’un scientifique de l’Institut Jane Goodall ou celui d’un garde forestier…

Un aperçu du voyage immersif.

Jane Goodall : l’une des nôtres

Nous vous parlons régulièrement de Jane Goodall, pour son parcours personnel et sa philosophie de vie si inspirants. Issue d’un milieu modeste, elle a grandi pendant la seconde guerre mondiale en rêvant d’étudier les animaux d’Afrique, et a été très tôt une baroudeuse et scientifique de renom à une époque où il était loin d’être évident de l’être pour une femme — qui plus est, sans formation universitaire !
Elle a ensuite dédié sa vie entière à l’éthologie des chimpanzés et à la lutte pour leur protection.

Ce qu’on sait moins, c’est que Jane Goodall est aussi végétarienne, quasi végétalienne. Convaincue de le devenir par l’ouvrage de Peter Singer1, donc plutôt pour des raisons animalistes, ce mode d’alimentation s’inscrit également pour elle dans une démarche globale de protection de la biodiversité, d’aide à la gestion durable et équitable des ressources. Il y a bientôt dix ans, elle a ainsi écrit un livre sur l’alimentation. C’est cet ouvrage, auquel nous avions consacré un article2, qui m’a personnellement convaincue de passer à l’alimentation végétale. En plus de dépeindre le désastreux impact environnemental de la viande, elle expliquait dans cet ouvrage tendre autant que possible vers le végétalisme, bien que ses constants voyages de conférencière internationale lui compliquent fortement la tâche.

En 2014, elle apparaît dans une vidéo où elle déclare que “la viande c’est de la peur, de la souffrance et de la mort3 ; en 2015, elle publie une tribune “Être végétarien pour le futur de la planète, le bien-être animal et la santé4.

Chimpanzé et homme : émotions et outils

Comme le rappelle le voyage interactif proposé par Google Earth, au bout de plusieurs mois Jane Goodall n’avait encore réalisé aucune observation notable sur les primates qu’elle observait si assidûment. Mais à l’automne 1960, alors qu’elle regardait l’un des mâles, qu’elle avait nommé David Barbe-Grise, elle le vit retirer les feuilles d’une tige pour la transformer en outil… En effet, il s’en servit pour “pêcher” des termites en le plongeant dans la termitière. Cela fit du chimpanzé un être capable de façonner des outils, et de Jane Goodall la première primatologue à le constater5

Lorsqu’elle télégraphia sa découverte à son mentor, Louis Leakey, celui-ci répondit aussitôt :

Maintenant nous devons redéfinir ce qu’est un outil, ce qu’est l’homme, ou bien accepter les chimpanzés parmi les humains.

Depuis, il a été observé des chimpanzé utilisant une pierre et une enclume pour casser des noix, apprenant la technique aux enfants de leurs groupe, entre autres découvertes éthologiques notables. Pourtant, l’espèce humaine a préféré redéfinir le terme d’ “homme” plutôt que d’inclure les primates parmi nos semblables.

Aujourd’hui, des milliers d’entre eux sont toujours sacrifiés pour servir de cobayes dans les laboratoires. Enfermés, vendus, transportés par Air France6 (premier transporteur d’animaux destinés à la vivisection), ils servent de chair fraîche pour tester des produits chimiques. En France, près de Strasbourg, l’élevage de primates qui rend possible ces pratiques doit s’agrandir. Signez la pétition, rejoignez les rangs de ceux qui marchent sur les pas de notre chère Jane Goodall et qui considèrent que ces être sensibles, intelligents, aux émotions si proches des nôtres7, ont droit à notre respect et à la liberté.

Enfin, pour préserver leur espace vital — en vingt ans, le nombre de chimpanzés est passé de 2 millions à 300.0008 — mangez végétal : la viande et les produits d’origine animale sont l’un des principaux responsables de la déforestation mondiale9.

Tous des hominidés

Une information pour finir : si le terme “hominidés” est systématiquement et abusivement employé par les médias (y compris scientifiques) pour désigner les humains et pré-humains tels qu’Homo erectus, Néandertal etc, il s’agit en réalité d’un terme qui regroupe les humains et pré-humains, les chimpanzés, bonobos, gorilles et orang-outans. Tous si proches les uns des autres qu’ils sont regroupés sous cette appellation commune.

>> Testez le voyage interactif dans le monde de Jane Goodall et des chimpanzés de Gombe !

Précisions :

  1. Reddit – Jane Goodal vegan ? []
  2. Vegactu – Nous sommes ce que nous mangeons []
  3. Jane Goodall : “la viande c’est de la peur, de la souffrance et de la mort” []
  4. Jane Goodall : “Être végétarien pour le futur de la planète, le bien-être animal et la santé” []
  5. Google Earth – Voyage interactif Jane Goodall 4/11 []
  6. Animal Destiny – Air Souffrance []
  7. Google Earth – Voyage interactif Jane Goodall 5/11 []
  8. Google Earth – Voyage interactif Jane Goodall 7/11 []
  9. Viande.info – Elevage et déforestation []

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa

Professeur des écoles à Toulouse, j’adore l’archéologie, l’histoire de l’art et la littérature.
Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

  • Cleoleretour

    Merci Jane!

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer