Vladimir Jirinovski : la vérité sur l’homme

Nous avions publié un article sur cet homme politique russe qui a déclaré vouloir faire du végétarisme la norme au sein de son parti. Son régime végétarien ne doit pas faire oublier l’homme qui se cache derrière…

Les Panthères Enragées (un collectif antispéciste et antifasciste) se sont chargées de rédiger une description et analyse précises des convictions de Jirinovski, ainsi qu’un portrait de la cause animale en Russie. Merci à elles.

Un récent article sur Vegactu nous apprenait que Vladimir Jirinovski, le leader du Parti Libéral-Démocrate en Russie se déclarait végétarien et décidait par la même occasion de convertir tous les adhérents de son parti ! Alors, déclaration de foi ou coup médiatique ? Vladimir Jirinovski est un homme politique bien connu pour ses frasques…

Vladimir Jirinovski, du KGB à la politique

Né en 1946 au Kirghizistan, Vladimir Eidelstein change son nom en 1964 pour prendre celui de sa mère, Jirinovski et effacer la consonance juive de son nom de famille.

Après un passage au KGB (les services secrets et police politique de l’Union Soviétique après Staline) réputé pour sa cruauté et ses crimes, il entre en politique. En 1990 il lance son parti, le Parti Libéral Démocrate de Russie. Mais il faudra attendre 2008 pour qu’il soit élu député et vice-président de la Douma, la chambre basse du Parlement russe. Son parti est le troisième plus important du pays et il enregistre un score de presque 10% aux élections présidentielles de 2012, arrivant derrière le parti de Poutine et le parti « communiste » russe.

Le Parti libéral-démocrate de Russie, extrême-droite et populisme

Bien que le nom reprenne les idées de libéralisme et de démocratie, le programme du parti tranche radicalement : état puissant et omniprésent, à la limite du totalitarisme, politique sécuritaire extrêmement dure, conquêtes militaires dont celle de l’Iran avec mention de la bombe atomique, pratique xénophobe et raciste, mais aussi homophobie et machisme.

Coups médiatiques

Les déclarations de Jirinovski sont sûrement ce qui a fait le plus connaître le parti : mégalo, il s’est comparé à l’empereur russe Pierre le Grand (un peu comme s’il s’était comparé à Napoléon en France), il a qualifié la Roumanie de « pays crée par des gitans italiens qui ont volés des terres à la Russie, la Hongrie et la Bulgarie » tandis que la Grande-Bretagne serait selon lui le « pays le plus barbare du monde ! ». Récemment, il s’est prononcé pour un rapprochement économique et culturel avec la dictature de la Corée du Nord mais aussi pour une politique de limitation des naissances dans le Caucase afin … de contrôler le terrorisme !

Les femmes ne sont pas en reste : en Russie l’espérance de vie des femmes est en moyenne plus longue de dix ans que celle des hommes. Pour Jirinovski, ce sont les femmes qui seraient coupables de ce fait, et il qualifie cela d’hécatombe que même Hitler n’a pas réussi à réaliser !

Et le végétarisme alors ?

Les déclarations de Jirinovski, que des journalistes russes et étrangers qualifient de « fascistes », sont souvent fracassantes mais peu suivies d’effets. Il faut donc être très prudent quant à sa déclaration d’arrêter la viande. D’autant plus qu’en 2008 il a été filmé à bord d’un train en tenue de chasse en train de tirer sur des corbeaux et des poules et de viser des enfants ! Même s’il a pu modifier radicalement son opinion, il ne semble pas que son changement d’alimentation soit du à une quelconque empathie envers les animaux, mais bien à une préoccupation personnelle de santé.

Pour finir, même s’il a effectivement supprimé la viande de son alimentation, on ne peut oublier qu’il est leader d’un parti d’extrême-droite ultra-nationaliste, antisémite, xénophobe, sexiste et homophobe.

Et parmi toutes les personnalités véganes que l’on connaît, il en existe des biens plus éthiques dont l’exemple est à suivre !

La cause animale en Russie

Peu d’informations circulent sur la cause animale en Russie. Nous savons tout de même qu’il n’y a pas de loi sur la protection animale. Le seul décret punissant les actes de cruauté contre les animaux n’est pratiquement pas respecté et le statut des animaux est malheureusement très peu reconnu. Les autorités ferment régulièrement les yeux sur les tueries de chats et chiens errants. Depuis 2010 une loi permet de chasser tous les animaux, même ceux vivants dans des réserves naturelles censées les protéger.

Récemment, en 2013, l’association Baltic Animal Care a alerté One Voice sur les camps d’entraînement des chiens de chasse en Russie. En effet, de nombreux animaux sauvages sont élevés en captivité dans des conditions abominables de maltraitances. Ours, blaireaux, coqs sont utilisés pour dresser les chiens à la chasse, enchaînés, mal-nourris, blessés.

L’association Vita Russia lutte pour les droits des animaux, que ce soit contre l’expérimentation animale, l’élevage intensif, la production de fourrure (la Russie est l’un des premiers pays producteurs), mais aussi en créant des refuges pour les animaux errants.

Rappelons-nous aussi de l’assassinat de Timur Kacharava, antifasciste de 18 ans et membre du Food Not Bombs de St Petersbourg (distribution de repas végétaliens gratuits dans la rue), tué à coups de couteau alors qu’il rentrait chez lui.

Les panthères enragées

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !