L’ivoire, la viande : même problématique

Je ne sais pas si vous avez remarqué : en ce moment, les articles/reportages/pétitions concernant le commerce de l’ivoire, le braconnage et la disparition des derniers éléphants se multiplient.
Comme par exemple cet article du Monde en ligne, qui titre sur “la cybercriminalité de l’ivoire en plein essor” .
Nous en avions quant à nous parlé ici et ici.

Le phénomène s’accentue, et il est visiblement à craindre que nos enfants ne vivent dans un monde sans éléphants.

On le sait, cette disparition des éléphants est due en majorité à la demande croissante des marchés asiatiques pour l’ivoire (trasformé en objets d’art, bijoux mais aussi remèdes soi-disant médicinaux).

Un parallèle intéressant à faire, c’est celui entre le rapport des asiatiques à l’ivoire et le rapport des occidentaux à la viande.
Dans les deux cas, le même “raisonnement” : j’en ai trop envie pour m’en passer, quelles qu’en soient les conséquences…

On blâme les asiatiques pour leur avidité envers l’ivoire, mais ici c’est le même phénomène pour la viande.
L’homme est le même partout.

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !