Génération végane : témoignage de Yoann, 22 ans

Le forum Génération Végane est une excellente initiative destinée aux jeunes végétariens, végétaliens et vegans.

Le site recueille aussi les récits de vie de celles et ceux qui le souhaitent, afin de vous les présenter sur Vegactu.

Bienvenue aujourd’hui à Yoann!

Quel âge as-tu ? Depuis quand es-tu végé ?
J’ai 22 ans, je suis végétarien depuis 5 ans et végétalien/vegan depuis 3 ans.

Qu’est-ce qui a déclenché ta prise de conscience ?
En ce qui me concerne, la prise de conscience n’a pas été “brutale”. En fait, j’avais déjà vu des images d’élevages concentrationnaires et d’abattoirs par le passé, et j’avais déjà jugé que c’était “quelque chose de mal”. Mais n’ayant aucun végé dans mon entourage à l’époque, je finissais toujours par rationaliser en me disant que de toute façon, manger de la viande était un impératif biologique et qu’on y pouvait pas grand chose.
Le moment où j’ai changé d’avis sur la question correspond à l’époque où j’ai commencé à fréquenter les sound systems reggae/dub. En ce temps-là, je n’avais pas trop de plans débrouille pour me déplacer et j’arrivais donc régulièrement très en avance aux soirées après avoir pris un train ou avoir fait du stop avant que la nuit ne tombe. Par conséquent, j’étais souvent invité à partager le repas avec les artistes et les organisateurs, dont beaucoup d’entre eux étaient rastafariens et suivaient donc le régime Ital (végétalien sans sel ajouté, sans additifs artificiels et sans alcool)…
C’est à ce moment que j’ai réalisé que non seulement ces gens se portaient très bien, mais également que leurs plats étaient délicieux !

Musique
Suite à ça, j’y suis allé par étapes, en enlevant d’abord la viande rouge, la viande blanche, puis le poisson de mon alimentation. Je n’avait pas pour objectif de devenir végétalien dans un premier temps, mais à force de m’informer, j’ai découvert que le lait, les œufs et le miel étaient également loin d’être clean niveau condition animale
J’ai enfin décidé de sauter le pas lorsque fin 2010, après en avoir parlé avec lui, le pizzaïolo en bas de chez moi a évoqué la possibilité de me faire une spéciale en remplaçant le fromage de ma 4 saisons par des suppléments pomme de terre, poivrons, persillade et noix, le tout sans surcoût !

Tes parents l’ont-ils bien accepté ? 
Aucun souci en ce qui concerne ma mère, qui a saisi l’occasion pour redécouvrir la cuisine et se mettre également à manger plus sain. Elle n’est pas devenue végétarienne pour autant, mais mange environ 90% du temps comme moi, même quand je ne suis pas là en semaine (cause: études).
Pas de problèmes non plus avec mon père, mais je le vois beaucoup moins souvent pour diverses raisons, du coup il a parfois du mal à s’adapter lorsque je suis à table. Pour simplifier les choses, c’est en général moi qui fait une partie des courses et qui cuisine (en essayant de prendre en compte ses goûts le plus possible) lorsque je lui rend visite.
Pour le reste de la famille, les réactions varient de la simple incompréhension (ex : ma grand-mère) à des réactions beaucoup plus violentes incluant de vives critiques de mon choix de vie (ex : mon grand-père et l’un de mes oncles). Quoi qu’il en soit, lors des réunions de famille, je suis prié de me faire mon plat de mon côté, de le manger seul sans demander à qui que ce soit de le goûter, et de supporter sans broncher la vue du foie gras, des huîtres, du gibier et du poulet qui gisent sur la table.

Où est-ce le plus compliqué pour toi de manger végé ?
Bien que pas mal de situations (lorsque je mange à l’extérieur) soient délicates, je pense que la plus contraignante est celle du midi en semaine de cours. Pendant un temps, j’amenais régulièrement un tupperware contenant mon repas, que je mangeais au RU (Restaurant Universitaire), à table avec mes amis. Cela n’a pas duré bien longtemps, puisque j’ai un jour été abordé par une femme faisant partie du personnel, qui m’a ordonné de partir et de ne plus jamais revenir avec ma propre nourriture.
Après avoir argumenté en expliquant ma situation, l’absence de repas adaptés aux végétaliens en restauration collective, et en faisant valoir le fait que le RU étant mis en place par le CROUS (Centre Régional des Oeuvres Universitaires et Scolaires) et étant à but non lucratif (repas à prix coûtant), je ne leur faisait aucun tort, j’ai été autorisé à finir mon repas cette fois-ci seulement. Depuis, je n’ai plus que deux options : rentrer manger chez moi, ce qui me vaut un aller-retour de 40mn en vélo, pas toujours pratique lorsque la pause ne dure que 1h15, ou bien amener malgré tout mon repas et le manger seul dans les couloirs

Quel est ton plat ou aliment végé préféré ? 
C’est vraiment très dur de choisir, mais ayant un goût très prononcé pour la cuisine épicée, à mi-chemin entre l’indien et l’antillais, je dirais que pour moi, un rice & peas jamaïcain avec un curry de légumes ça le fera toujours!

Quel(s) plat(s) ou aliment(s) végé as-tu découvert(s) ?
Je n’ai vraiment pas le courage de tenter de dresser une liste exhaustive de tout ce que j’ai découvert, mais je peux affirmer sans trop risquer de me tromper que j’ai dû multiplier le nombre d’aliments que je connais par 3 depuis que j’ai commencé à changer mon alimentation.
En ce qui concerne les plats, ce qui est surprenant c’est qu’en devenant végé, je me suis mis à m’intéresser à la cuisine de façon générale, et au final j’ai découvert bien sûr pas mal de plats végés “par définition”, mais surtout énormément de plats traditionnels français et venant des cuisines du monde (mexicaine, antillaise, maghrébine, indienne, thaïlandaise…) pas forcément végés de base, mais que je me suis amusé à adapter de façon la plus fidèle possible en végétalien.
Je cuisine par exemple un Ital Stew (curry de protéines de soja, de légumes et de haricots), un chili sin carne, des courgettes farcies, un rôti de seitan forestier, un tajine de seitan aux citrons confits, un rougail de saucisses végé, et même une imitation du poulet frit et croustillant provenant d’une chaîne de restauration rapide bien connue…

Brochettes

Comment te vois-tu évoluer dans la suite de ta vie ? (régime alimentaire, véganisme, militantisme…)
Si on exclut les quelques rares manifestations auxquelles je suis allé, je ne suis pas un militant de terrain. Les raisons de mon choix, je les explique à quiconque me les demande (non sans une certaine lassitude parfois, surtout quand c’est la cinquième fois de la journée!), et je publie de temps en temps quelques petites choses sur les réseaux sociaux, mais ayant avant tout remarqué que les gens n’aiment pas qu’on leur dise quoi faire / quoi manger, je trouve beaucoup plus efficace pour servir notre cause de simplement inviter régulièrement du monde à manger, laisser mes invités se régaler, et ensuite éventuellement en parler en partant de la cuisine pour en arriver à des sujets plus sérieux comme la condition animale, l’aspect écologique ou le gaspillage des ressources alimentaires.
En général, quand on réussit à ouvrir l’appétit, on arrive par la même occasion à ouvrir les esprits !

Je ne pense pas trop évoluer sur ma façon de faire, elle me convient parfaitement et elle m’évite de passer pour un illuminé extrémiste que je ne suis pas. De plus, le fait que je garde une certaine distance avec le milieu de la Protection Animale s’explique aussi par l’existence de certains aspects “moins cool” qui me repoussent : je parle des trop nombreux militants défendant uniquement les animaux de compagnie sans se préoccuper le moins du monde du sort des animaux d’élevage, des associations ainsi que des militants flirtant volontiers avec des partis d’extrême-droite, etc…

En revanche, je considère que j’ai encore de petits progrès à faire sur certains aspects de mon véganisme que je ne maîtrise pas encore totalement, principalement parce que je pense que j’ai encore à apprendre sur les matières ou les exploitations animales “cachées” (comme tout le monde d’ailleurs, je serais curieux de rencontrer un vegan qui puisse affirmer l’être à 100%) mais aussi parfois pour question de budget : étant étudiant, lorsque je fais mes courses, je vais souvent choisir l’article végétalien le moins cher même si ce dernier porte la mention “fabriqué dans un atelier utilisant : lait, œuf” alors que celui qui est plus cher ne la porte pas. J’essaye également d’éviter l’huile de palme autant que possible, j’espère m’en être totalement débarrassé d’ici quelques années… mais pour ça, après avoir arrêté le fromage animal, il va aussi falloir que j’arrête le fromage végétal, qui en contient quasi-systématiquement !

Pour mieux te connaître, peux-tu nous raconter en quelques mots ce que tu aimes dans la vie, tes études actuelles etc ?
Je suis actuellement sur la fin de ma licence d’acoustique / vibrations, il ne me reste plus qu’une année de licence pro. J’ai quelques années de retard car je me suis ré-orienté en cours d’études supérieures.
Comme je le disais plus haut, je suis passionné par le reggae, principalement par la culture du sound system dite “à l’anglaise”, et mon rôle dans ce milieu a dépassé celui du simple amateur/spectateur puisque qu’il y a 4 ans, nous avons commencé à monter, avec mon collègue, notre propre sound system, Roots Indubstry. Cela inclut des activités très diverses comme la collection de vinyles, la construction d’enceintes, la sonorisation, le montage d’un studio pour réaliser nos propres production, l’organisation de soirées… et également le boulot de traiteur puisque nous nous fixons comme objectif de mettre en place un stand de restauration vegan à chaque date que nous organisons… et en général, le succès est au rendez-vous !

Roots

Merci à toi Yoann pour ton témoignage… Et pour les fromages végétaux, il existe l’excellente gamme Wilmersburger (en blocs ou en tranches) qui est a priori sans huile de palme grâce à l’huile de coco…

Comme Yoann, vous voulez partager votre histoire, concernant votre végéta*isme/veganisme en tant que jeune ? Pour recevoir les questions, envoyez un mail à temoignages@generationvegane.com. Grâce à Génération Végane qui nous transmettra, nous publierons ensuite ici votre récit et vos photos.

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé·e en actualité vegan, recevez chaque week-end l'essentiel de Vegactu !