“La retraite de Nénette” : libérons les orangs-outans ! (littérature de jeunesse)

Après avoir passé toute sa vie dans un zoo, il est temps pour Nénette l’orang-outan de prendre sa retraite. Enfin libre, installée dans un petit deux pièces à Paris, elle découvre une nouvelle vie, si semblable à celle des humains qui ont défilé devant sa cage toute sa vie. Mais quand vient l’automne, Nénette s’est lassée des razzias de bananes au supermarché. La liberté ne lui suffit plus : la jolie primate rousse ressent soudain une grande nostalgie de son pays natal, de son écosystème d’origine, bref de la vie dans les forêts tropicales au milieu de primates libres. Il est enfin temps pour elle d’y revenir.

Un album pour les enfants à partir de 4-5 ans. Si vous prévoyez un Noël tardif et n’avez pas d’idée pour votre nièce ou votre petit-cousin, on vous le recommande.
Un album pour les adultes sensibles à l’art avec un grand A : les magnifiques illustrations, aux tonalités douces et automnales, les personnages qui semblent se fondre poétiquement dans le décor, tout fait penser aux plus belles œuvres de Voutch ou de Sempé.

Mais quelle mouche a piqué l’auteur ? Après ce message qui semblait humaniste, si poétiquement mises en valeur, tout à coup la postface déçoit…
On y parle de la Ménagerie du Jardin des Plantes en des termes beaucoup trop flatteurs (sans surprise : la préservation des espèces en voie de disparition) et on en donne l’adresse pour aller voir, à Paris,  la véritable Nénette derrière sa vitre de verre…
Une postface à ne pas lire à votre enfant, donc. L’album seul offre une toute autre lecture, et peut donner matière à discussion sur la nécessaire liberté des animaux et en particulier des primates. Laissez tomber la postface, et vous obtenez une histoire tendre, qui dit que la place d’un individu sauvage est dans son biotope : ni derrière une vitre, ni au milieu des humains.

Edit : La postface en question a normalement dû être supprimée depuis… Si vous avez acheté l’album récemment, merci de nous indiquer dans les commentaires si tel est le cas ♡

>> Feuilleter un extrait sur le site de l’Ecole des Loisirs

>> La retraite de Nénette, 13€50

Lili Gondawa

Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Disqus Comments Loading...
Share
Publié par
Lili Gondawa

Recent Posts

Les champignons à l’honneur dans le dernier livre de recettes de La Plage

Le champignon, allié des plats vegans : sa texture et sa gamme de goûts incitent à l'utiliser comme un simili-carné…

12 octobre 2019

Enfin ! Démarrage de l’écocirque sans animaux d’André-Joseph Bouglione

En mai 2017, nous vous annoncions que Sandrine et André-Joseph Bouglione, le petit-fils du fondateur et son épouse, avaient décidé…

3 octobre 2019

L’enfer des poules pondeuses

Chaque année, 45 à 50 millions de poules pondeuses sont élevées en France. La plupart d'entre elles sont issues de…

22 septembre 2019

Le cirque, une tradition vouée à disparaître

Mowgli (désignant un bâton muni d'un crochet) : "Ca sert à quoi ça ?" Baghera : "Ca a été conçu…

2 juillet 2019

Manger vegan à Barcelone

Barcelone est une ville très connue pour sa gastronomie, notamment pour ses tapas. Et ces derniers existent en de nombreuses…

26 mai 2019

Manger vegan à Rome : les bonnes adresses

L’Italie est un pays très connu pour sa gastronomie. Des plats à base de pâtes aux différentes variétés de pizza,…

14 mai 2019