“Mon épouse américaine”, excellent roman et pamphlet anti-viande

Ce roman a 15 ans déjà, il a donc été très avant-gardiste puisqu’il a posé la question des risques liés à la viande à une époque où le sujet était encore loin d’être médiatisé.
Son titre originel est My Year of Meats (“mon année de la viande”).

Mais avant d’être une réflexion sur la bidoche, c’est un excellent roman, très bien écrit, au rythme enlevé, et traversé par un souffle de sincérité que j’ai rarement retrouvé en littérature : je veux dire par là qu’on croirait à une histoire vraie, on s’immerge totalement dans les dialogues et les situations jusqu’à avoir l’impression de vivre dans ce livre nous aussi.

L’histoire

Jane Tagaki-Little est une réalisatrice pour la télé, qui vit de manière très indépendante, sans parvenir pourtant à avoir un sentiment de contrôle sur sa vie. Métisse de mère japonaise et de père américain, elle ne se sent vraiment “ni d’ici, ni de là-bas” .

Elle se retrouve en charge d’une série d’émissions produites par BEEF EX, grande entreprise d’exportation de viande bovine, destinées au public des ménagères nippones. L’objectif : du boeuf au pays du poisson cru ! Chaque programme décrit une journée dans la vie d’une femme au foyer américaine et s’achève avec la recette de son plat de viande préféré.
Jane se rend compte qu’avec le steak, c’est aussi le rêve américain qu’elle est censée introduire dans l’assiette et dans la tête du Japonais moyen.


Chargée de faire connaître l’Amérique aux japonais, Jane la découvre elle-même. De la Louisiane à l’Arkansas, elle rencontre tous les types de familles, de personnalités, tous les styles de vie.

Mais surtout, bien qu’ayant débuté sans préjugés sa série d’émissions, elle prend peu à peu conscience de faits inquiétants. Pourquoi Gale, l’éleveur de bétail, a-t-il la voix qui s’élève dans les aigus tandis que sa fille devient pubère à six ans ? Lutalyse, oestradiol, progestérone, testostérone, stéroïdes anabolisants, hormones de croissance et antibiotiques : voilà les cocktails administrés aux bêtes dans l’Amérique de la fin des années 90, et qui se retrouvent dans leur viande. En compagnie d‘herbicides, pesticides, insecticides.

Intègre, Jane ne peut ignorer cette nouvelle vérité. Non plus que le traitement réservé aux animaux dans l’abattoir qu’elle visite. Enfin, cherchant plus d’informations sur la viande, elle prend la mesure ces “maladies de l’abondance – attaques cardiaques, ulcères et cancers de l’estomac dus à un régime trop riche en viande – qui sont en train de tuer les Américains, les Européens, et de plus en plus de Japonais…”
Comment ne pas se retrouver en conflit éthique avec son employeur, BEEF EX ?

Il y a plus que ça dans ce formidable récit, qui voit Jane rencontrer un saxophoniste sombre et attirant, et fraterniser peu à peu avec son équipe de tournage japonaise : complètement déboussolés par l’american way of life, ils sont à l’origine de bien des passages extrêmement drôles.

Mais surtout, elle finit par rencontrer Akiko, l’épouse frêle et soumise du représentant de BEEF EX. Dans sa banlieue de Tokyo, Akiko teste les recettes de l’émission pour son mari, un homme brutal, convaincu qu’elle ne parviendra à lui donner un enfant qu’après un régime riche en viande rouge… Ce sont les reportages de Jane qui lui montrent qu’une autre façon de vivre est possible.

A lire au plus vite !

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore la littérature et la bande dessinée. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !

Vegactu utilise des cookies (vegan) pour améliorer votre expérience chez nous. L'approbation est automatique si vous faites défiler la page. +

L'utilisation de cookies (vegan bien sûr) permet d'améliorer le contenu affiché sur Vegactu. Pour continuer vous devez donc accepter l'utilisation de cookies.

Fermer