Le match des saucisses végétales

Précision préliminaire à propos des simili-carnés : Ayant déjà reçu, dans les commentaires de précédents articles, de nombreuses réflexions aussi désobligeantes qu’irrespectueuses de la liberté de chacun (liberté de manger ce que l’on veut tant qu’aucun n’animal n’a été tué ni exploité pour cela), Vegactu précise qu’il n’oblige personne à consommer personnellement des simili-carnés.

Nous ajouterons que les simili-carnés peuvent être, pour le moins, un tremplin vers le végétarisme pour des gens ayant le sens de l’éthique mais qui ressentent toujours des envies de viande.

Mais aussi que la forme d’une saucisse, par exemple, n’est pas forcément réservée à la matière carnée : la saucisse de porc ou de canard est de toute façon un produit reconstitué, sous une forme pratique qui se prête aisément à la conservation et à la consommation. Ainsi la saucisse végétale a une vraie légitimité à s’appeler “saucisse” et ne singe pas la saucisse de viande. Par ailleurs elle est grignotée avec gourmandise aussi bien par des nostalgiques de la bidoche que par des gens à qui elle ne manque pas du tout.

Enfin, précisons que le fait de chercher à s’approcher d’un aliment carné à l’aide d’ingrédients exclusivement végétaux constitue toujours un défi culinaire intéressant, et mène souvent à des découvertes gastronomiques inédites : un simili-carné n’est pas vraiment un remplacement de la viande mais bien un mets de plus.

Ces précisions étant faites, nous ne répondrons pas aux commentaires du style “Personnelement, je ne vois pas l’interet de vouloir manger un produit qui ressemble a un produit qui est issu de la souffrance », “J‘ai goûté une fausse escaloppe de veau c’était dégueu, de même que le faux chorizo… Les saucisses de tofu aux champignons, imitation boudin blanc c’est dégueu aussi” (si vous n’aimez pas, n’en dégoûtez pas les autres) et autres “Je trouve ça hypocrite ». (Les fautes d’origines ont été conservées).

Terminons en citant le gourmet Sébastien Kardinal de Vg-Zone : “Grand Dieu ! Quel prise de tête juste pour de la nourriture… Pour moi, la règle est très simple : si c’est 100% végétal, c’est ok !” Et passons maintenant à notre comparatif de saucisses.

Les chouchous de Nicolaï : les saucisses de Linda McCartney

Dans la très grande majorité des magasins alimentaires de Grande-Bretagne, y compris les petites supérettes, on trouve les délicieuses simili-saucisses de Linda McCartney, l’ancienne femme du célèbre Beatles (c’est elle qui l’a initié au végétarisme). Réellement bluffantes. Hélas, vous n’avez aucune chance d’en trouver dans l’Hexagone.

Linda

Le plus : deux parfums (classique, ou aux oignons rouges et romarin).

Les chouchous de Liligondawa : les Soy’ciss paprika doux de chez Soy

Toutes récentes. A base de tofu.

Soyciss paprika

Le plus : Le délicieux arôme de paprika. Existe aussi en version classique, mais celle au paprika est meilleure !
Pour notre part, nous préférons largement consommer ces saucisses façon cocktail bouillies dans l’eau : elles ne perdent pas leur saveur mais deviennent plus moelleuses et plus larges. Valable aussi pour toutes celles qui suivent !

Les plus épicées : les saucisses hongroises de chez Taifun

Variantes “hot” des saucisses viennoises Taifun. A base de soja.

Taifun viennoises hongroises

Le plus : Elles ont un sacré goût !

Les plus originales : les saucisses au lupin de chez VG

VG lupin

Le plus : Le goût inimitable et bien trop méconnu en France du lupin.
Le moins : Une texture un poil trop farineuse à notre goût.

Les Soy’cis fumées de chez Soy

Existe aussi en version classique et barbecue, mais les fumées ont clairement notre préférence. A base de soja.

Soyciss fumées

Le plus : Ce goût fumé, inimitable et magique !

Les plus nourrissantes : les saucisses Wheenies de chez Wheaty

Un peu compactes, ces saucisses sont faites de gluten de blé. Les moins intéressantes de la liste selon nous mais qui sait, les goûts diffèrent selon les végés !

Weenies Wheaty

Il existe, bien sûr, un grand nombre d’autres types de saucisses véganes de marques diverses. S’il y en a une que vous aimez bien et dont nous n’avons pas parlé, vous pouvez nous aider à enrichir notre liste en la citant dans les commentaires !

A propos de Lili Gondawa

Lili Gondawa
Professeur des écoles à Toulouse, j'adore l'archéologie, l'histoire de l'art et la littérature. Je suis donatrice mensuelle et ponctuelle à L214, organisation de défense des animaux.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Ne soyez pas carencé en actualité vegan, recevez chaque weekend l'essentiel de Vegactu !